Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 15:49

J'avançais la main, osais un pas puis me retirais avec une inhabitable tristesse *craignant de l'effrayer, ou pire qu'il ne comprenne pas

Finalement le gris des jours m'allait bien, je m'y lovais, dans un silence qui se dit à qui sait entendre.

Décidément, vivre est risqué !

Il faut border ses émotions, niveler ses sentiments, rester énigmatique. Laisser l'absence faire son œuvre, dans les jours qui se comptent et qui s'épuisent.

Éviter les mots inutiles, laisser croire au glacial, c'est une fuite bien sûr, l'orgueil de celle qui ne veut pas se brûler, un possible refuge à la déception ! Le rêve a ceci de merveilleux qu'il nous dépasse d'une beauté qui hante, hors réel.

Là, j'étais seule, précaire, fragile

Dans le repli de la nuit

Libre

Je me tais

Dans ce temps qui enroule

La vastitude des mots qu'on ne prononce pas.

Ne m'en veux pas, je ne sais te dire,

Parler est insuffisant

Les mots sont naïfs

Parfois banals,

le désir ne s'énonce pas

Je reviendrai .. en murmure. J'avancerai la main, oserai un pas sans me retirer.

Attends ..

* Peter Huchel

Partager cet article

Repost 0
Published by Cat
commenter cet article

commentaires

Hobo-Lullaby 23/12/2014 22:09

Bonsoir Cat

L'attente comme l'amour semblent asexués...

L'art d'aimer

Avec la coupe sertie d'azur,
Attends-la
Auprès du bassin, des fleurs du chèvrefeuille et du soir,
Attends-la

Avec la patience du cheval sellé pour les sentiers de montagne,
Attends-la
Avec le bon goût du prince raffiné et beau,
Attends-la
Avec sept coussins remplis de nuées légères,
Attends-la
Avec le feu de l'encens féminin partout,
Attends-la
Avec le parfum masculin du santal drapant le dos des chevaux,
Attends-la.
Et ne t'impatiente pas. Si elle arrivait après son heure,
Attends-la
Et si elle arrivait, avant,
Attends-la
Et n'effraye pas l'oiseau posé sur ses nattes,
Et attends-la
Qu'elle prenne place, apaisée, comme le jardin à sa pleine floraison,
Et attends-la
Qu'elle respire cet air étranger à son coeur,
Et attends-la
Qu'elle soulève sa robe, qu'apparaissent ses jambes, nuage après nuage,
Et attends-la
Et mène-la à une fenêtre, qu'elle voie une lune noyée dans le lait,
Et attends-la
Et offre-lui l'eau avant le vin et
Ne regarde pas la paire de perdrix sommeillant sur sa poitrine,
Et attends-la
Et comme si tu la délestais du fardeau de la rosée,
Effleure doucement sa main lorsque
Tu poseras la coupe sur le marbre,
Et attends-la
Et converse avec elle, comme la flûte avec la corde craintive du violon,
Comme si vous étiez les deux témoins de ce que vous réserve le lendemain,
Et attends-la
Et polis sa nuit, bague après bague,
Et attends-la
Jusqu'à ce que la nuit te dise:
Il ne reste plus que vous deux au monde.
Alors, porte-la avec douceur vers ta mort désirée
Et attends-la…!
Mahmoud Darwich , in "Le lit de l'étrangère" Actes Sud

https://www.youtube.com/watch?v=sQsIYyYZBQ0

Bises

Serge

cat 24/12/2014 06:02

superbe, merci Serge

les cafards 21/12/2014 19:57

vivre est risqué c'est certain mais ne pas vivre ...

Cat 21/12/2014 20:42

pire sans doute .. merci pour la visite et désolée de me faire rare chez toi