Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 17:32

Le bonheur est bien trop fugace pour qu'il soit goûté dans son entièreté.

Seuls les contours se caressent, s'apprécient et tiennent dans une minuscule parcelle, un moment fugitif.

Il faut venir au point béant de ses actes ; là au cœur des mots, sauver l'amour tout en anticipant la certitude de l'échec car l'amour passe de l'impuissance à l'impossible, c'est dans cette béance que Dieu se loge, Dieu suture toujours la béance, ce en quoi s'y fier est dangereux.

Vivre dans la fureur, là où il n'y a pas de mémoire des autres, là où le souvenir n'a pas de place, violer le mystère, le clandestin, l'inédit, s'inventer chaque jour, sans alibi. S'accepter incohérent, dans le flou, flirter avec l'incertain, dans une sorte de folie qui fait échapper au conventionnel. Mais aller toujours à l'essentiel des sentiments, les étrangler, passer au delà, derrière, se mettre en danger et manger l'instant, puis le laisser filer avec impatience, avec fougue, pour passer à autre chose, puis se risquer à nouveau, se laisser posséder avec une petite porte de sortie, pour ne pas tomber dans l'ennui, cette petite mort.

Vouloir l'absolu

Vouloir tout

Irréductiblement

Etre en colère,

Brûler la vie

Sans convention sociale

Refuser le remords

A défaut de le faire pour le désespoir

Qui n'est que manque d'orgueil

Se savoir désillusionné, c'est la liberté … à condition d'y survivre

Et marcher,

Brouiller la mémoire

Aller à la sincérité des passions

c'est ça la dignité de l'homme

Toucher / Aimer

Couler

Chaos contrôlé

Exiger, transgresser

Echapper au figé

Au contraint

Atteindre cette butée de l'impossible, et mieux encore la partager,

Se laisser dépasser,

fusionner ..

Et se révolter encore

Se forger

Sen foutre

Faire

Dire

Et jouir

Toujours !

Partager cet article

Repost 0
Published by Cat
commenter cet article

commentaires

Sans importance 19/09/2015 17:12

Et.... si le "bonheur" était simplement de se laisser porter où nous envole les vents?...
Oser ne rien se refuser, oser dire oui, oser dire non, oser parler, oser contrarier, oser défigurer cet ordinaire, ce si peu que l'on offre alors que l'on a tant à offrir si craintes restaient au sol?

Oser accepter main tendue sans jamais la lâcher, oser être/devenir et rester "différent" tant dans nos actes, nos pensées, nos coeurs ou nos âmes, oser "le tout pour le tout", le "tout pour ce tant" si fugace, si fragile, si douloureux parfois, mais nous maintenant vivants...

Et.... si le bonheur n'était qu'un courant d'air, un simple petit passage dans une toute petite ruelle où seule une minuscule étincelle nous appelait, nous criait, nous hurlait de venir jusqu'à elle afin de nous y envelopper, saurions-nous la voir, la regarder, la saisir vraiment tout au creux de nos mains afin qu'elle danse encore et encore en nos entrailles?...

Et... si au bout du compte... il n'était réellement de bonheur existant que dans une certaine folie, puisse cette dite "folie" prendre naissance en mon corps et esprit et m'en faire savourer chaque larme de sang qu'elle pourrait éventuellement répandre à terre, car me semble t-il, rien ne serait plus doux qu'enfin de marcher encore et encore en cette minuscule ruelle où parfois amour, passion ne peuvent cesser de respirer jamais, même si non respectives...

Alors oui... "accepter" malgré tout, contre et envers tout, qu'aimer est se mettre en danger, mais que le danger le plus grand n'est autre que nous-même... "nous" qui voulons tout, qui espérons tout, qui attendons tout, qui demandons tout, sauf que.... "en Amour", nous ne devons je crois rien vouloir, rien désirer, rien attendre, mais simplement en vivre tous ces instants intensément, comme s'ils étaient nos derniers instants, nos derniers souffles, car seul l'Amour que l'on ressent, est maître de nos respirations, de nos désirs, de nos envies, et de nos rêves lorsqu'ils nous en reste...

Certaines personnes je crois... assassinent l'amour, parce que jamais il ne pourra être "enfermé/conditionné/manipulé/défiguré", il n'existe de recettes narcissiques pour cela, ni l'orgueil, ni la vanité, ni le mensonge, ni l'hypocrisie, ni la souffrance physique ou morale, ni manipulation quelconque n'obtiendront victoire face à l'amour s'il n'est inconditionnel...


Mais il me semble par contre, que même si la vie se doit d'être plus forte que tout, même si l'être humain est bien plus fort qu'il ne semble le penser parfois, il est possible de vouloir/pouvoir "lâcher prise", et que... même si avant toute chose il est "respect" de cette dite vie à ancrer en soi... l'on ne peut pas réellement savoir ou prévoir nos actes en nos lendemains, il ne suffit que d'une infime fraction de seconde pour que minuscule étincelle s'éteigne...

Toujours un plaisir de découvrir vos mots Cat... Merci...