Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2016 3 06 /01 /janvier /2016 07:53
Les chiens de garde

John Swinton, rédacteur en chef du New York Times, discours d’adieu à ses collègues, au cours d’un banquet en son honneur, à l’American Press Association en 1914

"Quelle folie que de porter un toast à la presse indépendante ! Chacun, ici présent ce soir, sait que la presse indépendante n’existe pas. Vous le savez et je le sais : il n’y a personne parmi vous qui oserait publier ses vraies opinions, et, s’il le faisait, vous savez d’avance qu’elles ne seraient jamais imprimées. Je suis payé 250 dollars par semaine pour garder mes vraies opinions en dehors du journal pour lequel je travaille.

D’autres, parmi nous, reçoivent la même somme pour un travail semblable. Si j’autorisais la publication d’une opinion sincère dans un numéro quelconque de mon journal, je perdrais mon emploi en moins de 24 heures, comme Othello. L’homme suffisamment fou pour publier une opinion sincère se retrouverait aussitôt sur une route à la recherche d’un nouvel emploi.

La fonction d’un journaliste (de New York) (cf : s'il n'y avait qu'à New York) est de détruire la Vérité, de mentir radicalement, de pervertir, d’avilir, de ramper devant Mammon et de se vendre lui-même, de vendre son pays et les siens pour son pain quotidien ou, mais c’est la même chose, pour son salaire.

Cela, vous le savez et moi aussi : quelle folie alors que de porter un toast à la presse indépendante !

Nous sommes les ustensiles et les valets d’hommes riches qui commandent derrière les coulisses.

Nous sommes leurs marionnettes ; ils tirent les ficelles et nous dansons. Notre temps, nos talents, nos possibilités et nos vies sont la propriété de ces hommes.

Nous sommes des prostituées intellectuelles."

Déjà en 1914 et par un journaliste .. ce qui peut s'appliquer au journalisme s'applique aussi à d'autres professions d'ailleurs .. bref tous dans la même barque à part ceux qui vivent de leurs rentes ..

Partager cet article

Repost 0
Published by Cat
commenter cet article

commentaires

lutin 03/02/2016 19:58

Cette manipulation est ressentie de plus en plus fortement. Les journalistes sont dans une course contre la montre pour annoncer le sensationnel, sans contrôle, l'important est d'être le premier. Puis il y a la censure, elle existait, puis on a levé le voile sur tant de choses ultérieurement qu'il y a perte de crédibilité. Nous savons bien que l'on dit que ce que nos médias on le droit de dire. La liberté de la presse n'existe pas, chacun s'accroche à son poste, puis on a les moyens de faire taire la presse. Sans oublier que les médias nous entraînent sur la route qui a été déterminée, oui nous réagissons en marionnettes par voie de conséquence. La méthode est de prendre du recul et refuser de rentrer dans la boucle.