Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 09:31

 

 

 

 

Dans ce monde où chacun hurle et soliloque sans action, il serait bon de faire silence.

Cioran a raison, l'idéal serait de n'avoir d'opinions sur rien et de s'occuper un peu plus de l'essentiel à condition d'avoir la capacité de le percevoir.

L'attention n'étant pas la qualité première de ceux qui blablatent sans fin, tellement noyés dans leurs miasmes, que tous leurs mots mis bout à bout, ne signifient rien !

Silence !

 

 

 

Trois heures de conversation, j’ai perdu trois heures de silence. La douceur de vivre a disparu avec l’avènement du bruit. Le monde aurait dû finir il y a cinquante ans ; ou, beaucoup mieux, il y a cinquante siècles.
Silence presque total. Ah ! Si tous ces gens persévéraient indéfiniment dans leur sommeil ! Ou si l’homme redevenait l’animal muet qu’il fut !
J’entends les cloches de Saint-Sulpice, je crois. Emotion soudaine. Irruption du passé dans une époque sinistre comme la nôtre. C’est tout de même un autre bruit que celui des voitures.
Rentrer en soi, y entendre ce silence aussi vieux que l’être, plus ancien même - le silence antérieur au temps.
On m’a raconté l’histoire d’une femme, sourde depuis trente ans, qui vient de recouvrer l’ouïe à la suite d’une opération et qui, atterrée par le bruit, a demandé qu’on lui redonne sa surdité...
Veille de Pâques. Paris se vide. Ce silence si inhabituel comme en plein été. Que les gens avant l’ère industrielle devaient être heureux ! Mais non. Ils ignoraient complètement leur bonheur, comme nous ignorons le nôtre. Il nous suffirait d’imaginer dans le détail l’an 2000 pour que nous ayons par contraste la sensation d’être encore au Paradis. Si la plus grande satisfaction qu’on puisse atteindre dérive de l’entretien avec soi dans la solitude, la forme suprême de "réalisation" est la vie érémitique.
Si seulement on avait le courage de ne pas avoir d’opinions sur quoi que ce soit ! Ou alors en émettre une devrait constituer un acte aussi important que prier. Se mettre en état d’oraison pour oser avoir une opinion ! C’est à cette seule condition que "la parole" pourrait acquérir quelque dignité ou reconquérir son ancien statut, si tant est qu’elle en eût un jamais dont elle pût être fière.
Pourquoi tout silence est-il sacré ? Parce que la parole est, sauf dans des moments exceptionnels, une profanation.
La seule chose qui élève l’homme au-dessus de l’animal est la parole ; et c’est elle aussi qui le met souvent au-dessous.
Je crois la parole récente, je me figure mal un dialogue qui remonte au-delà de dix mille ans. Je me figure encore plus mal qu’il puisse y en avoir un, je ne dis pas dans dix mille ans, dans mille ans seulement.
Je crois aux vertus du silence, je ne m’attribue quelque réalité que lorsque je me tais, et je parle, je parle, et nous parlons tous. Le vrai contact entre deux êtres, et entre les êtres en général, ne s’établit que par la présence muette, par non-communication apparente, comme l’est toute communion véritable, par l’échange mystérieux et sans parole qui ressemble à la prière intérieure.
J’ai combattu toutes mes passions et j’ai essayé de rester encore écrivain. Mais c’est là une chose quasi impossible, un écrivain n’étant tel que dans la mesure où il sauvegarde et cultive ses passions, où il les excite même et les exagère. On écrit avec ses impuretés, ses conflits non résolus, ses défauts, ses ressentiments, ses restes... adamiques. On n’est écrivain que parce que l’on n’a pas vaincu le vieil homme, que dis-je ? L’écrivain, c’est le triomphe du vieil homme, des vieilles tares de l’humanité ; c’est l’homme avant la Rédemption. (...) C’est l’humanité tarée dans son essence qui constitue la matière de toute son œuvre. On ne crée qu’à partir de la Chute.
Tout ce que l’homme fait, il ne le fait que parce qu’il a cessé d’être ange. Tout acte en tant qu’acte n’est possible que parce que nous avons rompu avec le Paradis. Tout créateur s’insurge contre la tentation de l’angélisme.
Par tempérament je suis bavard, et tout ce que je puis avoir de bon, je le dois au silence.
Il est 1 heure du matin. Ce silence extraordinaire justifierait à lui seul l’adhésion à une forme quelconque d’espoir.
Le saint a raison de dire que le silence nous rapproche de Dieu. C’est quand tout se tait en nous que nous sommes à même de Le percevoir. Lui, c’est-à-dire quelqu’un ou quelque chose qui ne résiste pas à l’analyse, mais qui remplit néanmoins notre silence.
Le silence va plus loin que la prière, puisqu’il n’est jamais plus profond que dans l’impossibilité de prier. Tout silence dont on est conscient, qu’on cultive ou qu’on espère se ramène à une possibilité d’expérience mystique.

 

Emil Cioran

Partager cet article

Repost 0
Published by Cat - dans Emil CIORAN
commenter cet article

commentaires

rechab 11/10/2014 17:44

la partie finale de mon texte à paraître "dans le gemme du silence"...


----------

........juste la place de me glisser .


Une vague lueur, au loin,

M’indique où le jour stationne,


Chaque fois plus vive,

Lorsque je m’en rapproche .


Je m’arrête un instant,


Et au juste milieu du silence ,
D’un silence épais, total,


Résonnent des sons sourds,
Lourds, et réguliers.


Ils finissent par envahir,
Le peu d’espace où je me tiens…


Je mets du temps à comprendre,
L’origine de ces bruits :


Rien ne filtre de l’extérieur,
Rien ne bouge , ni se produit.


C’est la vie . Elle se débat


De l’intérieur , le flux du corps,

Combat, lutte, cogne, et se tord …


———Je n’ai jamais eu l’occasion,

D’écouter au si près,


Les battements de mon coeur,

——————– Dans ce gemme de silence .


-

cat 11/10/2014 18:25

très beau, merci

Miche 06/04/2012 06:11


... oui, le bruit envahit même les océans !


 

Cat 06/04/2012 08:26



...