Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 09:44

C'est marrant toutes ces discussions autour de ce que devrait être la gauche, ce qu'est la droite quand on sait que toutes les directives émanent sans aucune exception de l'UE .. qu'est-ce que serait faire une politique de gauche ? qu'est-ce qu'une politique de droite ? perso je ne vois qu'un grand merdier mondialiste qui en réalité n'a plus de couleurs si ce n'est celui des intérêts divers et variés de nombre d'élites .. La crise de l'agriculture curieusement ne vise pas par exemple le TAFTA qui pourtant va sensiblement aggraver la situation .. la réforme du code du travail a peu de chances de régler le chômage etc etc ... tout le reste est à l'avenant ... nous sommes entrés dans une mécanique bien complexe et l'histoire qu'on le veuille ou non est en route, je crains que peu de choses la stoppent, c'est un peu tard et les agitations dans la rue ne coûteront qu'aux salariés .. mais après ?? ah oui après ? que ferons-nous donc, 2 solutions : modifier drastiquement le mécanisme ce qui sous entend d'innover, de créer du neuf, et quand je vois la pauvreté des idées j'ai un énorme doute sur un changement radical ou alors, et ce qui est le plus probable, faire du même .. avec les mêmes. Les paris sont ouverts !

Bref la crétinerie en action est une arme de destruction massive et comme disait Desproges "La seule conscience politique que j’ai, c’est de tenir à ne pas en avoir – pas du tout par lâcheté – c’est parce que je n’ai jamais pu m’apercevoir que la gauche était mieux que la droite que les rouges étaient mieux que les noirs." ou bien encore " Ia démocratie est la pire des dictatures parce qu'elle est la dictature exercée par le plus grand nombre sur la minorité."

Repost 0
Published by Cat
commenter cet article
6 janvier 2016 3 06 /01 /janvier /2016 07:53
Les chiens de garde

John Swinton, rédacteur en chef du New York Times, discours d’adieu à ses collègues, au cours d’un banquet en son honneur, à l’American Press Association en 1914

"Quelle folie que de porter un toast à la presse indépendante ! Chacun, ici présent ce soir, sait que la presse indépendante n’existe pas. Vous le savez et je le sais : il n’y a personne parmi vous qui oserait publier ses vraies opinions, et, s’il le faisait, vous savez d’avance qu’elles ne seraient jamais imprimées. Je suis payé 250 dollars par semaine pour garder mes vraies opinions en dehors du journal pour lequel je travaille.

D’autres, parmi nous, reçoivent la même somme pour un travail semblable. Si j’autorisais la publication d’une opinion sincère dans un numéro quelconque de mon journal, je perdrais mon emploi en moins de 24 heures, comme Othello. L’homme suffisamment fou pour publier une opinion sincère se retrouverait aussitôt sur une route à la recherche d’un nouvel emploi.

La fonction d’un journaliste (de New York) (cf : s'il n'y avait qu'à New York) est de détruire la Vérité, de mentir radicalement, de pervertir, d’avilir, de ramper devant Mammon et de se vendre lui-même, de vendre son pays et les siens pour son pain quotidien ou, mais c’est la même chose, pour son salaire.

Cela, vous le savez et moi aussi : quelle folie alors que de porter un toast à la presse indépendante !

Nous sommes les ustensiles et les valets d’hommes riches qui commandent derrière les coulisses.

Nous sommes leurs marionnettes ; ils tirent les ficelles et nous dansons. Notre temps, nos talents, nos possibilités et nos vies sont la propriété de ces hommes.

Nous sommes des prostituées intellectuelles."

Déjà en 1914 et par un journaliste .. ce qui peut s'appliquer au journalisme s'applique aussi à d'autres professions d'ailleurs .. bref tous dans la même barque à part ceux qui vivent de leurs rentes ..

Repost 0
Published by Cat
commenter cet article
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 15:34

2016 est là, sera-t-elle un bon cru, j'en doute, quoique tout dépend d'où on se place, au fond certains événements arrangent beaucoup de choses, le gouvernement actuel, les médias chiens de garde, grassement arrosés par l'argent du contribuable, de fait à la solde de l'Etat, qui vont nécessairement nous bassiner avec des articles à la con destinés majoritairement à maintenir la peur pour justifier quelques lois de plus en plus sécuritaires. Ce qu'on appelle vastement une presse propagandiste

Outre cet aspect et non des moindres certes, notre Cher Président, toujours aussi confus, nous a asséné ses bons voeux, entre chômage et terrorisme, et cet espoir limite de l'idiotie en nous déclarant sans ambages, avec un orgueil finement masqué, "Mon devoir est de vous protéger", "Je vous dois la vérité : nous n'en avons pas terminé avec le terrorisme", "j'en ai conscience", "j'ai fait un choix à la mesure de ce que nous avons éprouvé", "j'en suis le garant", "je n'accepterai jamais qu'on puisse opposer les français entre eux" ... et cette dernière phrase est possiblement la plus sincère dans ce discours, et pour cause .. je laisse chacun analyser pourquoi je précise ceci.

Le reste est à l'avenant, un immense discours fourre-tout et si nous n'étions pas dans la situation catastrophique dans laquelle se vautre le pays, cette condescendance pourrait faire sourire, à chacun son humour, ce n'est pas le mien.

Au delà M. Hollande a lamentablement échoué et à tous niveaux, sur le chômage, sur l'état d'urgence (cette grande mascarade), sur la loi sur le renseignement (dont on a vu les limites lors des attentats), comme il échouera sur une hypothétique déchéance de nationalité dont probablement nos artisans terroristes, tueurs néanmoins et pas qu'un peu, se foutent du tiers comme du quart. Mais enfin au fond c'est un détail, que sont quelques morts et quelques blessés grièvement au regard de nos amitiés fallacieuses avec l'Arabie Saoudite (dont on apprend que ce pays au conseil des droits de tuer a fait exécuter un nombre important de personnes dissidentes), le Qatar (ce pays propagandiste du pseudo état machin et du recrutement depuis des années de pauvres gamins des cités totalement endoctrinés, comme la Turquie (dont on ne perçoit pas bien le rôle, quoique...). Tous ces pays donc avec lesquels nous pactisons et qu'il s'agit de préserver pour des raisons qu'il s'agirait d'approfondir, si toutefois la vérité ne nous fait pas peur.

Je n'ai jamais cru au hasard en politique, tout comme Franklin D. Roosevelt précisant très exactement : "En politique, rien n'arrive par hasard. ".

Bref un discours lyrique dont il a le secret nous annonçant un état d'urgence possiblement permanent s'il parvient à modifier la Constitution ("Dieu" seul sait puisque ses voies sont impénétrables, ce que cette modification nous réservera à l'avenir), je laisse aussi et à chacun le soin d'aller voir les textes, certains non ratifiés surtout sur une déchéance qui pourrait rendre apatride (en se demandant qui pourrait bien être touché précisément et pas nécessairement ceux qui semblent visés de prime abord) et un état d'urgence économique et social face à un chômage exponentiel avec beaucoup de pognon débloqué au profit des entreprises qui d'ailleurs certainement l'empocheront sans rien faire. A moins bien entendu que, le moment fatidique arrivant, les chiffres du chômage se muent soudainement en baisse spectaculaire, les miracles politiques étant toujours possibles en particulier à l'approche d'une élection d'importance.

Sinon dans les réjouissances, sur les Champs Elysées tout s'est fort bien passé (à vérifier quand même), à l'opposé de certaines villes où nos branleurs habituels se sont régalés de leurs jeux préférés : brûler des bagnoles (accessoirement 6 blessés dans la Manche, c'est aussi un détail) - ne pas hésiter à se reporter à Google en tapant "voitures brûlées", la liste fait frémir mais enfin faut bien que jeunesse se passe et que ces pauvres déphasés, victimes de la société, aient quelques plaisirs (ceci posé chaque spécialiste sait qu'ils s'adonneront plus tard à une délinquance explosive beaucoup plus criminelle - les attentats de Novembre 2015 en sont l'exemple). Sinon, pour les propriétaires concernés, c'est une autre affaire.

Mais enfin tout ça est aléatoire au regard d'un attentat qui dans une certaine logique avait toutes les raisons de se produire compte tenu de l'occasion festive et des nombreux rassemblements sachant également que le "Président" nous annonce que la menace n'a jamais été aussi forte. L'Etat machin doit être en perte de vitesse au niveau de ses recrutements sur notre sol et pourtant ce ne sont pas, selon les annonces faites, les apprentis djihadistes qui semblent manquer. Evidemment nous ne pouvons que nous réjouir que rien n'ait eu lieu sur ce plan mais compte tenu des discours politiques permanents sur les attentats (nombreux) qui auraient été, paraît-il, déjoués, quelques bricoles continuent de m'échapper.

Bref, tout ça pour dire que je ne souhaite rien à personne, je ne suis pas garante ni de leur bonheur, ni de leur santé, ni de leur situation et mes voeux sont tout aussi inutiles qu'un cautère sur une jambe de bois. Sans compter que de devoir répondre à ces mêmes voeux au kilomètre notamment sur les réseaux sociaux est épuisant surtout que majoritairement nous ne parlons qu'aux murs et à des gens que nous ne connaissons même pas. Il est vrai que le virtuel est devenu le lot quotidien de beaucoup, ça permet de ne pas s'engager ni dans des relations ni dans des actions communes. La grande marche de l'individualisme forcené en somme, la résultante est la situation de la France bien que certains prônent un patriotisme d'autant plus stupide qu'ils en ont perdu le sens.

En tous cas pour 2016, la seule chose que je puisse dire est que chacun prenne soin de lui tout en espérant, même si l'espoir est l'apanage des faibles, que nous finissions par un éclair de lucidité bienvenu, de trouver ensemble des solutions à la situation catastrophique de ce pays et que, par le fait, nous nous bougions le cul en cessant, a minima, d'avaler car rassurant des couleuvres et de croire tout et n'importe quoi (ce que je constate régulièrement) car si le pire n'est pas certain, il peut néanmoins se produire. Donc good luck à tous !

Citation : « toute action terroriste qui a pour intention de causer la mort ou de graves blessures corporelles à des civils ou à des non-combattants, lorsque le but d'un tel acte est, de par sa nature ou son contexte, d'intimider une population, ou de forcer un gouvernement ou une organisation internationale à prendre une quelconque mesure ou à s'en abstenir » Hannah Arendt

Repost 0
Published by Cat
commenter cet article
11 décembre 2015 5 11 /12 /décembre /2015 06:22

Petit résumé rapide des idées novatrices du gouvernement socialo (il faudrait rajouter quelque chose derrière, je laisse à chacun le choix du mot) :

- assignation à résidence de certains militants (non non pas des pseudos terroristes juste des gens qui ont décidé de manifester légitimement (je rappelle que c'est un droit dès lors que les dites manifestations se font dans le calme évidemment) quand bien même dans le cadre de l'Etat d'urgence toutes manifestations soient interdites ce qui en ces temps incertains arrangent beaucoup nos politiciens (certains rassemblements sont d'ailleurs passé outre sans que cela pose problème, mais enfin faut pas manifester contre n'importe quoi, merdeeeeee)
- Wi-Fi interdit, Tor bloqué, backdoors, blocage des réseaux d’anonymisation et fourniture des clés de chiffrement des messageries font partie des pistes soumises à arbitrage. - certains pays du Globe ont en effet déjà appliqué cela notamment l'Iran pour Tor
- dans le cadre de l'Etat d'urgence la possibilité de contrôler la presse et les publications de toutes natures, ainsi que les émissions radiophoniques, les projections cinématographiques et les représentations théâtrales, avait été rejetée, certains députés PS auraient demandé à ce que cette possibilité soit réintégrée (à noter que les chiens de garde sont déjà contrôlés, ce qui donc ne changera rien au final, certaines infos ne filtrent pas, j'ai encore constaté le truc récemment).
- Il y a quelques temps le PS avait demandé à la Fondation Jean-Jaurès de lister tous les sites dits "conspirationnistes" (ceux qui en particulier ne vont pas dans le sens du vent évidemment car la conspiration commence quand on ne va pas précisément dans le bon sens). Cela n'avait guère ému, moi si
- et sinon un Guantánamo en vue, les fichés S hop direct centres de rétention -va falloir me dire comment on se démerde avec le code pénal mais c'est un détail ..-, un peu relevant de la même connerie véhiculée par M. Sarkozy en son temps qui voulait dépister la délinquance dès l'enfance - putain sont risibles ces cons quand même

Hier Overblog a été bloqué et donc tous les blogs concernés, le message FB était le suivant :
Vous ne pouvez pas publier ce contenu car il contient un lien bloqué
Le contenu que vous essayez de partager contient un lien que nos systèmes de sécurité ont détecté comme dangereux :
http://googletagmanager.com/ns.
Veuillez retirer ce lien pour continuer.
Si vous pensez voir ceci par erreur, dites-le nous."
et
la réponse apportée était la suivante :
"Bonjour,
Nous rencontrons un gros incident général depuis cette nuit concernant le partage des articles "auver"blog (cf. ce mot est utilisé puisque à ce moment là overblog ne pouvait même pas être cité sans être immédiatement bloqué) vers Facebook, certains sites sont blacklistés par le réseau social sur ordre des autorités. Nous n'avons pas d'explications, d'autant plus que ces sites n'ont aucun lien avec la période actuelle. Nous travaillons actuellement sur le problème afin de le solutionner au plus vite. Bien cordialement"

J'imagine qu'il s'agissait d'un galop d'essai par rapport à possiblement tout ce qui est dans les tuyaux actuellement (voir les dernières idées lumineuses de l'actuel gouvernement qui ne sait plus à quoi s'abattre). Certes au nom de la sécurité bien des choses peuvent être faites (modification de la constitution, nouvelles lois sécuritaires etc..) l'essentiel étant de rassurer le bon peuple même s'il a pu peut-être mesurer notamment la limite de la fameuse loi sur le renseignement censée tout régler et tellement plébiscitée par certains, après 130 morts et 350 blessés plus tard !

Je laisse chacun analyser le bordel comme il l'entend ou comme cela le rassure, perso rassurée je ne le suis point mais j'ai un esprit très tortueux, limite déviant ! (peut-être qu'il va falloir pour communiquer réhabiliter les pigeons voyageurs (ça va leur faire des vacances) et les ronds de fumée) ! En attendant on nous balade beaucoup avec les régionales (qui ne sont que régionales, on a du oublier) .. et bon dieu c'est sacrément bien joué !

Repost 0
Published by Cat
commenter cet article
29 novembre 2015 7 29 /11 /novembre /2015 11:02
Aimons-nous vivants ..

Un hommage a été rendu aux victimes décédées des attentats de Paris, je n'ai pas à juger de la manière adoptée pour cet hommage, ni de comment chacune des familles ou chacun des proches concernés ont entamé leur deuil ! Porter un jugement sur cet hommage national n'a non seulement aucun intérêt, ni aucune portée mais surtout ne changera pas la donne, je ne me prêterai donc pas à l'exercice ni même à juger qui n'a pas mis un drapeau ou qui l'a mis .. quand on parle de la mort, il serait sans doute bon d'avoir un peu de décence et a minima de la fermer, tout autant que de respecter chacun dans sa manière d'aborder le bordel. Ceci est ma vision des choses et elle ne nécessite pas de commentaire.

Au delà si pour les morts nous ne pouvons plus rien, et notre sentiment de toute puissance toujours à côté de la plaque en prend là plein la tronche dès lors que la dure réalité nous rattrape car la mort est imparable (dans le cas présent, elle aurait pu être évitée certainement mais le propos n'est pas là), je rappelle qu'il y a eu :

- 350 blessés, certains toujours hospitalisés, Certains resteront handicapés à vie outre sur le plan strictement psychologique, mais aussi gravement sur le plan physique : certains ont été amputés, d'autres sont paraplégiques ou tétraplégiques.

Leur vie a définitivement basculé !

Je pense que la moindre des choses que nous pourrions faire est bien de nous occuper des vivants et peut-être de réfléchir à ce que nous pouvons faire pour que ce merdier ne se reproduise plus.

La vie aurait-elle moins de valeur que la mort ? Je m'interroge sur le côté mortifère de que je lis sur réseaux sociaux en général et cela ne me rassure pas.


Fin de discours

Repost 0
Published by Cat
commenter cet article
15 novembre 2015 7 15 /11 /novembre /2015 08:55

Hier, chez moi, avait lieu un rassemblement contre les attentats parisiens, contre la barbarie, en soutien de ces victimes injustifiées et de leurs familles. J'ai voulu en être non pas pour partager ma peine, elle est impartageable, mais pour poser, en un lieu, ma colère, et qu'elle ne soit pas dévastatrice tant je connais ce qu'elle a de tentaculaire en moi quand l'injustice me renvoie à l'impuissance, quand je me sens acculée.

J'ai posé sur le sol une rose blanche, non pour dire aux présents ma peine, ni même pour les morts (je n'ai pas ce culte) mais pour poser un acte, réel, de corps. Je n'ai pas participé à la chaîne humaine, je n'ai tenu la main de personne, je n'ai pas entendu les discours habituels, politiciens et pas participé au show de M. le Maire (les élections se profilent).

Je ne sais toujours pas si c'est ce qu'il a dit qui a permis les applaudissements, ou pas, je ne saurais les transmettre, je n'ai pas cherché à les entendre, je m'en fous, mais je m'interroge toujours sur la profondeur des sentiments, des émotions des spectateurs, sur la valeur de certaines paroles, ces paroles creuses et sans acte dont nous sommes si dramatiquement cernés (la notion de spectacle m'a effleurée aussi ..),

Quoiqu'il en soit, il fallait sans doute que ce fut ainsi et que la vie, pour les présents, puisse reprendre un cours possiblement normal. Le normal après de tels événements me paraît toujours et néanmoins impossible mais je ne suis pas dans la tête des uns et des autres, c'est donc une approche aléatoire. En tous cas, ma vie à moi ne revient jamais à son origine, l'intranquillité et l'insécurité m'habitent en permanence et s'accentuent à chaque fois un peu plus, et c'est cela que je voulais poser là, en partie, pour ne pas être plus détruite encore. La paix n'est pas dans ma tête, pas dans mon cœur, le monde ne me permet pas cette sérénité que possiblement je ne connaîtrai jamais. Je reste révoltée en permanence et je m'en défie, tout en chérissant cette révolte qui, dans l'instant, me permet encore de tenir. J'imagine que celle-ci disparue, il me suffirait de m'asseoir et de partir, non pas dans un état de sagesse mais possiblement apaisée. Je doute d'avoir cette chance.

Il n'y a pas de raison à trouver à la barbarie, il n'y a pas de raison à trouver à l'injustice, pas de raison à trouver à ces politiques menées contre l'Homme qui n'est désormais plus au centre de rien. Cet Homme que je n'excuse pas pour autant, loin s'en faut, et à qui j'attribue toujours une responsabilité pleine et entière, tant individuelle que collective, car le monde n'existe pas sans décision humaine et nous oublions que nous sommes tous dans la même barque. Il est également fort dommageable que les idéologies de l'excuse ou de l'accusation systématiques en habitent tant et s'opposent au bon sens, ceci a un coût et parfois dramatiquement en vies humaines. De fait nous n'avons pas fini de nous battre et pas seulement avec l'extérieur. Cette lucidité sur la responsabilité s'applique aussi pour moi évidemment et je ne cesse, en permanence, de m'interroger à son sujet. C'est bien sans doute le lit de ma colère.

Nous étions quelques-uns, à l'écart, volontairement et à l'analyse j'étais plus proche de ceux-là que de ces autres en cercle fermé .. cercle fermé, voilà bien la réflexion que j'ai eue à un moment, et de cette union si savamment prônée et si profondément inexistante. Un cercle fermé, une sorte de sérail dans lequel plus personne n'entre. Il y avait un temps pour en être, un temps pour rester en dehors, c'est curieux.

J'ai néanmoins été touchée par cette concentration de motards, certains des Gueules d'Amour, venus là en nombre et qui ont fait en partant un concert d'accélération, en hommage, curieusement c'est cet instant là qui m'a permis de lâcher l'émotion, qui, toujours dans cet effort désespéré de ne rien lâcher, jamais, de ne rien montrer, me bloquait la gorge.

Voilà pourquoi je suis allée à ce rassemblement, les effets de corps ont besoin de s'exprimer pour ne pas pourrir à l'intérieur, pour que l'émotion ne reste pas isolée, détachée, en électron libre et sans ancrage quand bien même elle ne puisse se partager vraiment.

Non je ne suis pas repartie tranquillisée, c'est impossible, mais avec quand même un allègement de cette colère qui, au lieu d'être tentaculaire, limite aveugle, s'est alors ralliée à la réflexion. Une façon au fond de poser sa pensée pour éviter qu'elle s'effondre, ce qui serait bien le pire dans la mesure où je connais les dangers de cet effondrement et où chaque jour j'en mesure les conséquences sur ce monde.

Repost 0
Published by Cat
commenter cet article
19 septembre 2015 6 19 /09 /septembre /2015 06:41

Excellent papier ! peux pas faire moins que de partager ici - pourvu que cela agite quelques neurones quoique là j'ai un gros doute - merci à Pauline

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article147323

Suite à de nombreux messages racistes qui pullulent sur ma timeline facebook, un grand nettoyage s’impose,mais avant je vais quand même me permettre de dire le fond de ma pensée avant de vous dire au revoir définitivement. vous qui semblez découvrir soudainement la question des réfugiés et qui déplorez qu’ "on ne peut pas accueillir toute la misère du monde", imaginez-vous un instant, la guerre qui survient dans votre petite vie confortable. Imaginez-vous, presque du jour au lendemain, les bombes, les snipers dans les rues, votre maison rasée.

Les milices et autres organisations terroristes qui se greffent là-dessus et les exactions qui commencent. Vos amis qui disparaissent et que vous ne revoyez plus. Et puis vous entendez parler des viols. Vous pensez à votre mère, à votre soeur, à votre femme. D’un coup, votre position sociale, votre métier ou votre argent, personne n’en a plus rien à foutre. Vous n’avez plus qu’une manière d’être protégé : fuir. Eh bien je peux te dire que même toi, trouduc que tu es derrière ton PC, tu fuirais, avec ta grognasse et tes chiards. Tu fuirais car l’once d’humanité que tu as en toi te ferais avoir cet instinct primitif de survie.

Tu te retrouverais à supplier des pays environnants ou lointains de t’ouvrir leurs portes pour vivre, tout simplement. D’ailleurs pour ceux d’entre vous qui ont des ascendances immigrées italiennes ou espagnoles, vos grands-parents et arrière-grands-parents aussi fuyaient le fascisme et la mort dans les années 30 et vous seriez pas là pour ouvrir votre bouche si tout le monde en France avait réagi comme vous. Alors essayez deux minutes de sortir de vos assertions et vous verrez que ces gens ne sont pas si différents de vous, comme vous, ils ont un instinct de survie et comme vous, ils feraient tout pour sauver la peau de leurs gosses.

À ceux qui soudainement se préoccupent des SDF : tu peux souscrire à l’année au secours populaire, à la fondation Abbé Pierre ou aux Restos du cœur. Si t’as pas de flouz, tu peux aussi donner de ton temps, c’est facile d’être bénévole dans ces structures. et si t’as ni thunes ni temps, tu peux toujours au moins te préoccuper du clodo en bas de chez toi, en lui amenant des couvertures, des bouillottes et des repas chauds, et en prenant régulièrement de ses nouvelles. Je t’assure que ça l’aidera plus que de cracher sur les réfugiés qui sont moins responsables de son malheur que nous tous qui par notre accoutumance avons TOUS une responsabilité passive dans ce phénomène. Oui toi petit Français moyen, quoique tu fasses pour soulager ta conscience, tu resteras toujours plus responsable de tous ces jeunes de 18 piges qui crèvent dehors que le Syrien qui vient de débouler.

A ceux qui se la jouent économistes et nous expliquent que "on ne peut pas se permettre", si vous aviez pris la peine de vous intéresser un minimum à la question vous sauriez que l’immigration rapporte plus qu’elle ne coûte et que l’accueil de réfugiés à long terme rapporte un bénéfice bien supérieur aux frais d’accueil avancés dans les premières années. C’est d’ailleurs pour ça que l’Allemagne, ce grand pays de gauchistes, s’apprête à en accueillir 800 000 dans les années qui viennent. Alors détendez votre string et arrêtez de penser que 24 000 réfugiés étalés sur toute la France vont avoir un quelconque impact sur votre niveau de vie ou votre salaire, niveau de vie et salaire qu’on ne vous entend jamais défendre autrement que pour taper sur l’immigration, d’ailleurs vous êtes les premiers à gueuler contre les grévistes et les syndicats à la première occas’. 24 000, c’est moins d’un vingtième du nombre de gens qui clamsent chaque année en France. Je pense que c’est dans nos cordes.

Bref, à vous tous qui jouez les nostalgiques d’une France que vous n’avez même pas connue, qui avez peur de perdre votre "identité" parce que submergés par une culture dont vous ne connaissez rien, ouvrez grand vos oreilles : oui votre France va disparaître. celle que vous fantasmez, la France blanche, catholaïque, hétéro et patriarcale, elle est en train de crever la gueule ouverte, et c’est tant mieux. dans les 30 ans qui viennent, quand tu sortiras dans ta rue, y aura de plus en plus de femmes voilées, de Noirs, d’Asiats, de pédés qui se cacheront même plus. C’est pas grave. Le monde change, les hommes migrent, les choses bougent, c’est normal. Y a que les morts qui ne changent pas.

Sérieux, réglez vos problèmes perso, vos frustrations inavouées, faites une psychothérapie, parce que nourrir autant de haine pour des gens que vous ne connaissez même pas, ça fait pitié et ça donne juste l’impression vous cherchez absolument des responsables à vos frustrations perso. Mais coco, si t’as une vie de merde, un taff de chien ou un ŒDipe pas réglé, t’auras beau cracher ton venin pour te convaincre que le problème vient d’ailleurs, ça le réglera pas.

Sur ce, je vous souhaite sincèrement de trouver la paix, parce que votre rancœur permanente de gros frustrés, ça fait pas envie. Je vous souhaite de voyager, d’ouvrir vos yeux, vos oreilles et vos coeurs au monde et de vous rendre compte qu’il y a une vie et une humanité en-dehors de ce pays et qu’on peut apprendre d’elles. En attendant, bon vent...

Pauline LYTOM

Repost 0
Published by Cat
commenter cet article
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 17:32

Le bonheur est bien trop fugace pour qu'il soit goûté dans son entièreté.

Seuls les contours se caressent, s'apprécient et tiennent dans une minuscule parcelle, un moment fugitif.

Il faut venir au point béant de ses actes ; là au cœur des mots, sauver l'amour tout en anticipant la certitude de l'échec car l'amour passe de l'impuissance à l'impossible, c'est dans cette béance que Dieu se loge, Dieu suture toujours la béance, ce en quoi s'y fier est dangereux.

Vivre dans la fureur, là où il n'y a pas de mémoire des autres, là où le souvenir n'a pas de place, violer le mystère, le clandestin, l'inédit, s'inventer chaque jour, sans alibi. S'accepter incohérent, dans le flou, flirter avec l'incertain, dans une sorte de folie qui fait échapper au conventionnel. Mais aller toujours à l'essentiel des sentiments, les étrangler, passer au delà, derrière, se mettre en danger et manger l'instant, puis le laisser filer avec impatience, avec fougue, pour passer à autre chose, puis se risquer à nouveau, se laisser posséder avec une petite porte de sortie, pour ne pas tomber dans l'ennui, cette petite mort.

Vouloir l'absolu

Vouloir tout

Irréductiblement

Etre en colère,

Brûler la vie

Sans convention sociale

Refuser le remords

A défaut de le faire pour le désespoir

Qui n'est que manque d'orgueil

Se savoir désillusionné, c'est la liberté … à condition d'y survivre

Et marcher,

Brouiller la mémoire

Aller à la sincérité des passions

c'est ça la dignité de l'homme

Toucher / Aimer

Couler

Chaos contrôlé

Exiger, transgresser

Echapper au figé

Au contraint

Atteindre cette butée de l'impossible, et mieux encore la partager,

Se laisser dépasser,

fusionner ..

Et se révolter encore

Se forger

Sen foutre

Faire

Dire

Et jouir

Toujours !

Repost 0
Published by Cat
commenter cet article
4 août 2015 2 04 /08 /août /2015 05:19
Dieu

Dieu est Amour, paraît-il !! Putain on l'a échappé belle

Repost 0
Published by Cat
commenter cet article
14 juin 2015 7 14 /06 /juin /2015 10:43

 

 

C’était un de ces dimanche morne et sans saveur, s’étirant en longueur. Tout ronronnait, le chat, la pluie, moi aussi.

Il aurait fallu sortir du réel, s’inventer un jour différent, un ailleurs verdoyant, des cris, un soleil comme un rire, aux éclats, de l’amour comme une œuvre d’art ; enfin ne plus se réduire en un point confus, presque inexistant, un moment perdu suspendu à rien. Les dimanches sont comme les vieux, assis le regard perdu, sur ces bancs, passant le peu de temps qu’il leur reste sans plus le vivre, attendant là ce qu’ils craignent et qui pourtant s’annonce, la mort ! Mais la vie n’est-elle pas essentiellement supportable que parce qu’on sait qu’elle finira* ?

 

Finir, stopper, ou alors recommencer mais comment ? Faire comme un vieux ruisseau fougueux qui, subitement, quitterait son lit, apeuré mais décidé, pour se jeter dans l’inconnu ?

 

Je marchais dans ces rues désertes et humides, attendant un charme, une sorte de miracle dont j’aurais été le créateur mais les murs que l’on construit au fil des années, avec application, sortis tout droit d’un triste cerveau sans imagination, ne s’écroulent pas si facilement.

 

Quelle serait cette nécessité de vérité à trouver, que sait-on de la réalité de la vie, qui au fond ne fait que nous fuir comme ces rêves qui, au réveil, nous échappent. Pour autant, il y a là comme le sentiment d’un tout possible, peut-être faudrait-il juste un quart de tour de la pensée, un saut quantique de l’autre côté, là où les jardins embaument, comme un paradis perdu donc nécessairement à retrouver. Là où les mots comme des abimes ne diraient plus rien. Et faire preuve de vivacité passionnée, alors il arriverait quelque chose, comme une invention, et puis trouver la note exacte le "La" dans lequel se concentre toute la mélodie, exploser la vie ?

 

Enfin juste un instant devenir génial dans un désir condensé qui ferait cesser de penser à plat, et oublier l’angoisse insupportable de l’inconvénient d’être né. Et puis, ne pas se suicider de suite, puisqu'il y a encore et forcément quelqu’un à décevoir**.

 

L’homme est une fiente**, absurdement médiocre, je n’échappe pas à cette règle même si de toute ma peau, je m’en défends. L’angélisme est un leurre et il faudrait cesser de se croire légitime puisque ce n’est que de l’Autre que cela provient. Prendre la mesure de sa propre disparition, comme chacun, tel un fétu de paille balloté par le vent mauvais des dimanches mornes et sans saveur.

 

 

*Lacan

**Luchini /Cioran

 

escalier.jpg

 

Photo via Sylvie Esquisse

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Cat - dans Pensées
commenter cet article