Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 08:34

 

 

 

La mémoire, le rempart au mal de l'autre,


Au mal à l'autre

 

Ni pourquoi ni comment,

Quelle importance.

 

Il n'y a que de l'intime, une trace hors parole, là au creux du ventre,

 

Un lieu où tout est, à jamais

 

Un lieu de force,

Un lieu entre néant et vie.

 

Au milieu de tous, oui

Mais seul

 

Face à l'écrit qui dialogue

 

La nuit !


 

Rien ne s'accomplit, tout s'enchaîne

 

Dans le secret,

 

Dans la violence

 

Dans le cri des mots

 

Nulle part au fond que dans un silence sauvage.

 

Les brisures, les blessures sont des luttes,

 

Ni vides ni pleines,

 

Juste là posées

 

Eclatantes,

 

Dans le tragique de l'humanité.

 

L'écrit ne cicatrise rien, il exacerbe,

 

Pour ne rien oublier

 

Non pas par une jouissance de cendres,

 

Non, juste pour acérer

 

L'assourdissant

 

Sans prière

 

Au milieu du manque,

 

Empli de mots

 

Tapis dans l'ombre.

 

Ce n'est pas, non ce n'est pas un désespoir,

 

Ce n'est pas non plus de l'innocence,

 

C'est une hantise,

 

Luttant contre l'oubli

 

Quand il se fait tard,

 

Dans le bruissement des mots !

 

 

 


 

Repost 0
Published by Cat - dans Passions
commenter cet article
6 février 2014 4 06 /02 /février /2014 09:59

 

 

 

Nous vivons une époque majestueuse, cernés que nous sommes par la bêtise qui pense comme dirait Luchini, rien de pire pour choper effectivement de bonnes crises d'urticaire .. !

 

Je lis par ci par là au hasard des événements, la mise en forme de l'arrogance de ceux qui croient détenir la science infuse et n'hésitent pas à le proclamer, à se demander pourquoi ils se défendent tant d'être simplement médiocres !

 

Entre bons sentiments et mauvais, ma foi, il n'y a qu'un infime pas, un infime espace, au final c'est du pareil au même, la même sombre crétinerie en action !

 

Le pire est encore ces dégueulis d'éternels redresseurs de torts qui oublient que leur paillasson est maculé de merde et sursoient au passage d'y donner un petit coup de balai ! Ceux-là vous la baillent belle, vous laissent tout pantois devant autant de suffisance !

 

Je me suis toujours interrogée sur ce que cache ces parades infantiles, toutes en joutes verbales qui d'ailleurs n'apportent rien, juste une impression de néantisation, un vide ! Quelle peut-être la raison de la parade agressive, par exemple, qui déglingue sans expliquer si ce n'est justement de bâillonner celui qui serait tenté légitimement d'interroger ? J'y sens bien une espèce de jubilation évidemment, un trop plein de jouissance béate, hystérie et doxa réunies, en tous cas sans doute la soif abyssale d'exister !

 

Exister, voilà donc bien la formule, être quelque chose plutôt que rien ou pas grand chose, au fond pour ce faire il suffit de choisir son camp, l'ordurier ou le pseudo bien-pensant et de lalanguer pour éviter de communiquer ..

 

Le pompeux est un âne burlesque, une mouche du coche qui m'insupporte, un cabotin !

 

Il y a dans ce paysage de la bêtise grandiloquente quelque chose de si profondément apathique qu'on pourrait être tenté d'en rire ..

 

Mais voilà le rire ne sait guère s'arranger du tragique !

 

 

Repost 0
Published by Cat - dans Pensées
commenter cet article
31 décembre 2013 2 31 /12 /décembre /2013 06:54

544158_10152081105274350_1023074205_n-copie-2.jpg

 

 

L'année 2014 sera miraculeuse, tout semble le laisser croire, d'ailleurs pour ceux qui écouteront celui que l'on nomme Président, il s'agit de garder optimisme à défaut de raison gardée !

Nous avons un Président empathique (sabre en avant tout de même) et ceux qui souffrent lui en sont nécessairement reconnaissants et puis l'empathie a cela de magique qu'elle permet d'annoncer sans le dire vraiment que le coup de pied au cul va continuer à être donné et même plus vastement encore, car le cadeau n'a nulle raison de ne pas être partagé par le plus grand nombre.

Ce qui est rassurant ce sont néanmoins ces petites phrases, pleines de bonnes intentions que le bon président ne manquera sans doute pas de nous servir lors de son allocutation apparemment peu atendue. Les mêmes effets généreront donc les mêmes résultats à savoir le merdier et 2014 en verra apparemment l'apothéose, apothéose ne voulant pas dire fin.

Ceci posé, il va s'agir de se débrouiller avec ça pour tenter de conserver le moral dans un pays normal dirigé par un président normal, sachant que comme son nom l'indique le fond a un fond et qu'une fois touché, il est invariable qu'il faille remonter .. Certes, le temps d'émergence n'est pas précisé mais c'est un détail.

Raison pour laquelle je ne modifierai pas grand chose à mon texte de 2013 sur le même sujet et ne rajouterai pas à l'hypocrisie ambiante qui consiste à souhaiter des vœux pieux qui d'ailleurs forcément jamais ne se réalisent. Je laisse à d'autres les "bonnetheureuseannéeeeeeee" et ce qui va avec.

De fait 2014 sera sans doute pire que 2013, le bordel ambiant continuera à enfler à peu près à la même cadence que les banques continueront à s'enrichir tout en appelant le bon peuple via l’État à les renflouer : ah ces crises qui durent et perdurent et n'arrangent toujours que les mêmes !

En conséquence :

- Le chômage bat son plein turlututu chapeau pointu mais il suffit de tendre la main pour inverser la tendance 

- les retraités comme les pauvres pensent que tôt ou tard on finira par les parquer loin des regards de la bien pensance ambiante qui a si peur de sa propre honte,

- les travailleurs, enfin ceux qui auront encore du taf, travailleront toujours moins pour de moins en moins,

- les exilés fiscaux continueront à se barrer, pas folles les guêpes,

- les assistés sociaux à se faire huer, ces fainéants non mais des fois,

- l'UMP à couler, le PS à se putafier 

- la délinquance à s'expanser, les Kalash à siffler 

- les flics à se suicider

- et les restos du cœur à plonger.

Et oui en politique, rares sont les miracles, les hommes changent, les discours et les résultats restent les mêmes et ça fait 40 ans qu'on nous sert la même chose et que sans rechigner, nous replongeons ! Trop fort !

Sinon, la délation battra son plein, la quenelle nous promet des jours meilleurs, les insignes de soldats qu'on envoie dans les bourbiers feront parler les torchonneux et les bien pensants .. Et puis heureusement qu'il y a quelques exactions, ça permet de dégraisser le mammouth, tout ceci servi par des médias attentionnés craignant que nous nous ennuyassions et surtout qu'il faut quand même garder présente cette chape permanente de plomb qui fait la sinistrose généralisée. Moins on a le moral, plus on a peur, moins on bouge, c'est bien connu mais heureusement Facebook nous permet notre petite révolution virtuelle et  permanente sur les murs.

Je n'oublie pas au passage les petits veinards qui eux échapperont à ce grand merdome, ceux-là même qui en 2013 nous ont entubés avec une grande délectation et qui, en 2014, continueront à le faire. Il serait d'ailleurs bien dommage de leur gâcher le plaisir mais qu'ils se rassurent, cela n'arrivera pas, la révolution nécessite que des couilles poussent là où elles devraient pourtant être. Les marchés financiers ont battu des records, ce qui ne laisse rien présager de bon à part une bonne grosse crise bancaire que possiblement nos bons traders nous serviront à Noël prochain..  

2014 s'annonce par conséquent plus pourrie encore que les précédentes, les dindes, chapons, huîtres etc. en auront encore payé un large tribut sans compter sans doute ceux qui se seront vautrés en bagnole à force de s'être souhaité, à coup de mauvais alcool -au delà d'un certain nombre de grammes l'alcool est mauvais-, une bonne et heureuse année dont ils ne verront pas la couleur même grisâtre.

Bref, sinon nous allons cuver tranquilles et pendant quelques jours, diétant à coup de soupes de légumes dépuratives et d'aspirine, se jurant qu'on ne nous y reprendra plus pour recommencer avec la même motivation délectable à la fin de l'année. La vie est donc décidément un éternel recommencement d'abrutissements nauséeux.

Au delà de tout ce cirque, une pensée à ceux pour qui demain sera pire qu'hier, à ceux pour qui les nuits sont froides, très froides sous les ponts même en cet hiver printanier, à ceux qui ont si peu d'espoir que souhaiter une belle année relèverait d'une honteuse outrecuidance.

Ne croyez surtout pas que je veuille du mal à qui que ce soit mais n'étant pas la bonne fée clochette ou la lutine des bisounours, vous souhaiter une mauvaise ou une bonne année n'aura absolument aucune incidence sur vous.

 

Allez sur ce bonne bourre à tous et vivement l'année prochaine qu'on remette ça !

 

 

 

Repost 0
Published by Cat - dans Pensées
commenter cet article
17 novembre 2013 7 17 /11 /novembre /2013 15:29

 

 

Inutile est l'amour même sublime,

Quant tu t'en joues sans même en jouir

A touche coeur pour le souffrir !

 

Le ciel ne s'ouvre pas pour celui qui ne chemine que de nuit,

Brisé, l'oeil vrillé à l'intérieur.

Et dans cet ébranlement entre passé et présent,

les fondations sont instables, minées

Rien ne peut s'y construire qui ne s'engloutisse déjà !

 

Terrible est cette mort dans son absurdité !

 

Lac-des-Cygnes-copie-1.jpg

 

 

Repost 0
Published by CatB - dans Passions
commenter cet article
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 06:14

 

 

C'est ballot ces jours interminables où rien ne va,

Des jours mornes comme des nuits sans sommeil

Pas même de la colère, juste un suspens sur image

Un arrêt au beau milieu du chemin !

 

Il y a de ces jours où il ne fait ni gris, ni clair, ni beau

Le flou envahit les certitudes,

comme des gouttes de pluie sur un pare brise sans essuie-glaces.

J'ai des regrets les jours mornes,

Des remords jamais,

Tant mieux,

On ne peut pas avoir tort tout le temps.

Je regarde à l'intérieur, j'essaie d'y voir quelque chose

A coups de pourquoi et rarement de comment !

 

Il y a des jours sans saveur où tout emmerde

Où tout bouscule, où tout embarrasse !

Faudrait fuir, en silence

Le doute et le bruit

La médiocrité qui boursoufle !

 

Il y a des jours qui hésitent

A vivre, à dire !

Les jours des "à quoi bon" et

"Pourquoi faire"

Des jours de contresens

Ou de non sens !

 

Il y a des jours où faudrait casser les murs,

Ecrire des choses trash

Balancer les écorchures et

En faire des luttes, des combats

des Victoires !

 

Il y a des jours où le souffle manque

Où l'envie fout le camp,

Il y a des jours où l'ombre ne contient pas de lumière !

 

Il y a des jours où tout envoyer chier

Serait une apparente libération

Pour mieux douter, ailleurs, plus loin,

Plus tard !

 

Il est des jours où fermer sa gueule est mieux

Et se recoucher !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lightning_NOAA2.jpg

Repost 0
Published by Cat - dans Slam 'parle
commenter cet article
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 06:07

 

 

Le vent peut bien souffler,

Qu'importe

Ecoute le, porte le, souffle le

 

La peur, c'est l'absence d'amour,

Un soupir, un sourire

Loin ou absents

 

La tempête peut bien se déchainer

Qu'importe

Mais tiens fort ma main

Je suis trop légère

Ou trop lourde de trop

 

Les mots ne sont rien

L'amour se nourrit de silences,

Surtout de silences

Et là tout se dit,

Tout se vit

 

Un souffle sur la nuque

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Cat - dans Passions
commenter cet article
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 17:47

 

 

Pétition à signer - merci de cliquer ci-dessous


link

 

 

 

 

Brésil, assassinats des SDF pour préparer la Coupe du Monde 2014

Le journal El Pais a publié un article faisant froid dans le dos. (inséré après cet article)

A Rio de Janeiro, les sans-abris seraient assassinés pour nettoyer les rues à un an de la coupe du monde de football.

Un clochard dans les rue de São Paulo / Credit photo Charles Rassaert

Un clochard dans les rue de São Paulo / Credit photo Charles Rassaert

Le Foot déchaîne les passions c’est bien connu, mais la préparation de la coupe du monde au Brésil fait-elle perdre la tête aux autorités brésiliennes ? Le 4 avril dernier, j’avais déjà commenté les limites de la politique de « pacification » des favelas brésiliennes notamment à Rio. Cette fois-ci, la question est plus grave.

Les villes choisies par la Fifa sont particulièrement surveillées. Après qu’une politique de la terre ait été conduite, caractérisée par l’expulsion de force des amérindiens vivant près du stade mythique le  Maracaña ; le journal El Pais rapporte que les rues brésiliennes seraient nettoyées des sans-abris pour accueillir les touristes de demain… 

La recrudescence de ces meurtres, soulève la question du nettoyage social. En 2009, l’ONU a déjà mis en garde le Brésil sur ces possibles pratiques. Ces quinze derniers mois, 195 assassinats de sans-abris ont été répertoriés; le plus souvent, ils ont été brûlés. En 2011, les policiers ont déjà orchestré un véritable  «nettoyage humain» contre les sans-abri faisant 142 victimes. La Présidente Dilma Rousseff fraîchement élue à l’époque avait promis des mesures pour lutter contre ces meurtres… or, rien n’a sensiblement été fait.

 

Pourquoi ce nettoyage humain ?

Le Brésil entend ainsi probablement lutter contre son image de pays dangereux qu’on lui assimile facilement (À noter cette contradiction du pays tropical « ami de tout le monde » mais risqué). Il faut dire que le Brésil a une vieille tradition de violence, les homicides ont longtemps été considérés comme des conflits d’ordre privé.

Le développement du pays et l’attrait des grandes villes ont entraîné le grossissement des bidonvilles et les complications qui s’en suivent (augmentation du chômage, l’essor de la criminalité).

Enfant des rues au Brésil / quartier Liberdade São Paulo/ Crédit photo Charles Rassaert

Enfant des rues au Brésil / quartier Liberdade São Paulo/ Crédit photo Charles Rassaert

 

Selon l’Institut Brésilien de géographie et de statistique (IBGE), moins de 1,8 million de personnes vivent dans les rues et sur les places des villes, et moins de 25% des villes mettent en place des politiques adaptées pour ces personnes.

Pourtant, le taux d’homicide à Rio de Janeiro ou Sao Paulo est bien plus bas que Caracas au Venezuela, Washington aux Etats-Unis ou encore Récif au nord du Brésil qu’on passe facilement sous l’anonymat.

Le Brésil est le seul pays du monde où les deux corps de police (militaire et civile) peuvent enquêter dans une même affaire. Il y a ainsi une certaine rivalité entre les polices déjà gangrenées par la corruption. Certains états du Brésil (le Minas Gerais par exemple) accordent des primes aux hommes qui font preuve d’efficacité…

Le fond du problème ne vient-il pas de là ? Comment faire régner l’ordre et mener une politique sécuritaire stable dès lors qu’un habitant de Rio de Janeiro sur trois fait confiance à la police ?

 

http://torredibabel.com/2013/05/02/bresil-assassinats-des-sdf-pour-preparer-la-coupe-du-monde-2014/

 

Miedo en Brasil a una “limpieza” de los sin techo por la celebración del Mundial 6

http://internacional.elpais.com/internacional/2013/04/29/actualidad/1367188751_053079.html

En los últimos 15 meses han sido asesinados 195 vagabundos

La mayoría fueron quemados por personas anónimas

El Centro Nacional de Defensa de los Derechos Humanos, un organismo patrocinado por la Conferencia Episcopal de Brasil, se ha mostrado preocupado por una posible “limpieza social” de las personas sin techo, con motivo de la celebración del Mundial de Fútbol del próximo año.

Junto a esta asociación ha expuesto también sus temores al Gobierno, el Consejo Nacional de Procuradores Generales (CNPG). Representantes de ambos organismos se han encontrado ya con el ministro de la Secretaría General de la Presidencia, Gilberto Carvalho, para alertarle sobre sus temores. Se están observando especialmente las ciudades que acogerán los partidos de la Copa.

Las organizaciones temen que la llamada, “higienización” de los que viven en la calle por motivos diferentes, sea un eufemismo para dar mano suelta a los verdugos de las personas indefensas, invisibles para la sociedad, pero que podrían ser vistas por los millones de turistas que lleguen a Brasil el año que viene. Sin contar que el papa Francisco llega a Río dentro de tres meses y que estarán presentes en la capital carioca más de dos millones de personas con motivo de la Jornada Mundial de la Juventud.

En los últimos 15 meses han sido asesinados 195 vagabundos, la mayoría quemados por anónimos. El último de ellos es Jorge Affonso, de 49 años, asesinado este domingo en Jacupiranga, a 280 kilómetros de São Paulo.

A Goiânia, capital del estado de Goiás, a 200 kilómetros de Brasilia, ha sido enviada una comisión del Ministerio de Derechos Humanos para analizar los últimos 29 asesinatos de personas sin hogar.

Según datos oficiales del IBGE (Instituto Brasileño de Geografía y Estadística) existen en Brasil no menos de 1,8 millones de personas viviendo en calles y plazas de las ciudades, y menos del 25% de las ciudades tienen políticas para ellas.

Sólo en São Paulo se calcula que unas 15.000 personas no tienen casa, 5.000 más que hace diez años. A pesar de que en 2009, el Gobierno del entonces presidente Lula da Silva lanzó el programa de Política Nacional a favor de los vagabundos, las autoridades suelen cerrar los ojos ante esa cruda realidad.

Y sin embargo, para el sociólogo Mauricio Botrel, del Centro Nacional de Derechos Humanos, son imprescindibles las políticas locales a favor de estas personas para evitar una “limpieza social” llevada a cabo generalmente en la oscuridad de la noche y aplaudida en silencio por las personas de bien.

El fiscal general del Estado de Río Grande do Sul, Eduardo Veiga, presidente del Grupo Nacional de Derechos Humanos, ha afirmado que los Ministerios Públicos de los Estados están siendo orientados a fiscalizar la implantación de comités municipales a favor de los sin techo en todo el país.

Que los temores de obispos y fiscales no son infundados lo revela además el precedente de Rio, cuando reporteros del diario Folha de São Paulo descubrieron en 2009 a la alcaldía de Rio recogiendo a vagabundos deprisa y corriendo en el trayecto de la comitiva de la Comisión del Comité Olímpico (COI) responsable de elaborar un informe sobre la presencia del Mundial en la capital carioca.

María Cristina Bore, presidenta nacional de las Políticas de la Calle, ha afirmado que una operación de limpieza social de los sin techo “está en la pauta del día”, con motivo del Mundial.

  

 

Repost 0
Published by Cat - dans Actions
commenter cet article
16 juin 2013 7 16 /06 /juin /2013 07:50

 

 

 

Ne me donnez pas de leçon  .. à moins que vous me démontriez combien vous êtes heureux et combien vous avez réussi votre vie,  non au sens matériel, mais au sens du magnifique, du non palpable, du magique !

 

Ne venez pas balayer mon trottoir, ne venez pas me démontrer combien vous me seriez indispensable, ne venez pas me jeter votre égocentrisme au visage, ceci exacerbe mon sentiment de rejet.

 

Ne me donnez pas du clé en main, ces clés qui n'ouvrent aucune porte et vous ont enfermé dans vos certitudes, vos limitations m'exaspèrent !

 

Ne me dites pas ce que je dois penser ...

 

Ne me dites pas qui je suis, je ne le sais pas moi-même ..

 

Ce que vous croyez savoir de moi n'est que projections de vous-même !

 

L'insupportable de la vie, chacun fait avec, comme il peut, il n'y a pas de recette ! Ne me collez pas une étiquette, je n'en ai pas, ni la vôtre ni une autre, Etre ne relève d'aucune tentative d'appartenance, d'aucun groupe, pas même celui des humains, chacun est singulier.

 

Pensez-vous "pas tout", vous y gagnerez : ni savoir, ni pouvoir, soyez humble, un bleu en somme ! Vous ne me suppléez pas.

 

Usez de l'écoute, il n'est pas de parole sans réponse même par le silence dès lors que vous êtes l'interlocuteur.

 

Faites-moi de l'air et ne me dites pas ce que je dois faire, vous n'en avez pas l'envergure !

 

Nul n'en a l'envergure !

 

 

 

Repost 0
Published by Cat - dans Slam 'parle
commenter cet article
15 juin 2013 6 15 /06 /juin /2013 14:57

 

 

 

A choisir, on perd ce qu'on ne choisit pas

 

 

 

 

croisee-chemins_lib.uwo_.ca_.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Cat - dans Citations
commenter cet article
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 05:27

 

 

En France, nous avons l'hystérie facile et les médias comme nos politiques l'ont bien compris, la mousse prend très vite surtout quand il s'agit de s'agglutiner sur un événement dont -bien que dramatique- les faits réels nous demeurent jusqu'à preuve du contraire réellement inconnus. Il ne s'agit donc pas d'attendre le résultat d'une enquête mais bien de s'élancer tels de preux chevaliers à l'assaut du scandale et d'en faire ce que bon nous semble, surtout de la merde (cf. exemple récent).

Dans ce pays la charité est très sélective et s'agglutine sur du vent le plus souvent, il est vrai que s'activer autour de la réelle misère, la vraie, celle qui vous bouleverse le sentiment, celle de ceux qui crèvent à petits feux (chômeurs, SDF, vieux et que sais-je encore) engagerait évidemment une action réelle qui ne saurait rester uniquement dans le domaine de la pensée (et encore que là le mot "pensée" soit fort j'en conviens).

L'effort est donc d'autant plus faible que précisément on ne peut rien changer à l'événement sur lequel on s'acharne à vide si ce n'est de déverser sa bile, de faire un peu plus de mousse qu'il n'est nécessaire, ce qui d'ailleurs au final ne change rien à la marche en avant toute de l'histoire qui elle continue.

Et puis sans toute cette fange dans laquelle se vautrer, le risque serait de s'intéresser à des infos d'importance, les actuelles (gravissimes) mais aussi celles passées totalement inaperçues en leur temps mais qui sortant précisément aujourd'hui (à se demander pourquoi) font que certains s'empressent selon le camp politique dans lequel ils se reconnaissent de mettre au passif des socialos (passif déjà bien lourd certes mais enfin rendons à Jules ce qui appartient à César). J'en veux pour preuve cette affaire d'allocations familiales versées aux enfants d'immigrés pour laquelle la cour de Cassation a été saisie récemment*. Pour rappel cette loi est passée en 2002 sous M. Chirac dans l'indifférence la plus générale.

Ne nous étonnons pas alors, qu'à nous désintéresser en permanence de ce qui nous concerne au premier degré, de découvrir bien trop tard ce qui potentiellement peut nous déplaire et nous coûter en monnaie sonnante et largement trébuchante ! 

 

Enfin la vérité étant ailleurs, il s'agit peut-être et seulement de continuer sans utilité aucune à hoqueter devant son écran ! Si cela n'apure rien au moins ça défoule probablement et permet à minima de jeter sa gourme, sachant qu'agir serait évidemment beaucoup plus contraignant.

 

Sans compter que si le bruit des pantoufles est en réalité bien plus dangereux

que celui des bottes, il est en tous cas bien plus silencieux ...

 

 

le-silence-des-pantoufles-etouffe-le-bruit-des-bottes.JPG

 

 

 

*http://www.courdecassation.fr/jurisprudence_2/assemblee_pleniere_22/607_5_25925.html

Repost 0
Published by Cat - dans En vrac
commenter cet article