Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 11:27

 

 

 

Les seuls gens qui existent sont ceux qui ont la démence de vivre, de discourir, d'être sauvés,

qui veulent jouir de tout dans un seul instant, ceux qui ne savent pas bâiller.


Parce que les seuls gens qui m'intéressent sont les fous furieux,

les furieux de la vie,

les furieux du verbe, qui veulent tout à la fois.

[Sur la route - Jack Kerouac]

 

cirque-du-soleil-la-nouba-orlando.jpg

 

 

Cirque du Soleil

http://www.cirquedusoleil.com/fr/home.aspx#/fr/home/europe/france.aspx

Repost 0
Published by Cat - dans Citations
commenter cet article
1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 07:15

 

L'année 2013 sera miraculeuse, tout semble le laisser croire, d'ailleurs pour ceux qui ont écouté celui que l'on nomme Président, il s'agit de garder optimisme à défaut de raison gardée !

Nous avons eu droit à un Président empathique, ceux qui souffrent lui en sont nécessairement reconnaissants et puis l'empathie à cela de magique qu'elle permet d'annoncer sans le dire vraiment que le coup de pied au cul va continuer à être donné et même plus vastement encore, car le cadeau n'a nulle raison de ne pas être partagé par le plus grand nombre.

Ce qui est rassurant ce sont néanmoins ces petites phrases, pleines de bonnes intentions du style "je ne dévierai pas" qui évidemment prouvent s'il en est besoin que les mêmes effets généreront les mêmes résultats à savoir le merdier et 2013 en verra apparemment l'apothéose.

Ceci posé, il va s'agir de se débrouiller avec ça pour tenter de conserver le moral dans un pays normal dirigé par un président normal, sachant que comme son nom l'indique le fond a un fond et qu'une fois touché, il est invariable qu'il faille remonter .. Certes, le temps d'émergence n'est pas précisé mais c'est un détail.

Raison pour laquelle je ne modifierai pas grand chose à mon texte de 2012 sur le même sujet et ne rajouterai pas à l'hypocrisie ambiante qui consiste à souhaiter des vœux pieux qui d'ailleurs forcément jamais ne se réalisent. Je laisse à d'autres les "bonnetheureuseannéeeeeeee" et ce qui va avec.

De fait 2013 sera sans doute pire que 2012, le bordel ambiant continuera à enfler à peu près à la même cadence que les banques continueront à s'enrichir tout en appelant le bon peuple via l’État à les renflouer : crises obligent

En conséquence :

- Le chômage bat son plein turlututu chapeau pointu,

- les retraités comme les pauvres pensent que tôt ou tard on finira par les parquer loin des regards de la bien pensance ambiante qui a si peur de sa propre honte,

- les travailleurs, enfin ceux qui auront encore du taf, travailleront toujours moins pour de moins en moins,

- les exilés fiscaux continueront à se barrer, pas folles les guêpes,

- les assistés sociaux à se faire huer, ces fainéants non mais des fois,

- l'UMP à couler,

- la délinquance à s'expanser,

- les flics à se suicider

- et les restos du cœur à plonger.

Et oui en politique, rares sont les miracles, les hommes changent, les dicours et les résultats restent les mêmes et ça fait 30 ans qu'on nous sert la même chose et que sans rechigner, nous replongeons ! Trop fort !

Sinon, la délation battra son plein, Duflot s'y entend comme certains autres d'ailleurs (au moins elle a de bons petits soldats en position, si si j'en connais), tout ceci servi par des médias attentionnés craignant que nous nous ennuyassions et surtout sachant qu'il faut quand même garder présente cette chape permanente de plomb qui fait la sinistrose généralisée. Moins on a le moral, plus on a peur, moins on bouge, c'est bien connu mais heureusement Facebook nous permet notre petite révolution permanente sur les murs.

Je n'oublie pas au passage les petits veinards qui eux échapperont à ce grand merdome, ceux-là même qui en 2012 nous ont entubés avec une grande délectation et qui, en 2013, continueront à le faire. Il serait d'ailleurs bien dommage de leur gâcher le plaisir mais qu'ils se rassurent, cela n'arrivera pas, la révolution nécessite que des couilles poussent là où elles devraient pourtant être.

2013 s'annonce par conséquent plus pourrie encore que les précédentes, les dindes, chapons, huîtres etc. en auront encore payé un large tribu sans compter sans doute ceux qui se sont vautrés en bagnole à force de s'être souhaité, à coup de mauvais alcool -au delà d'un certain nombre de grammes l'alcool est mauvais-, une bonne et heureuse année dont ils ne verront pas la couleur même grisâtre.

Bref, sinon nous allons cuver tranquilles et pendant quelques jours, diétant à coup de soupes de légumes dépuratives et d'aspirine, se jurant qu'on ne nous y reprendra plus pour recommencer avec la même motivation délectable à la fin de l'année. La vie est donc décidément un éternel recommencement d'abrutissements nauséeux.

Au delà de tout ce cirque, une pensée à ceux pour qui demain sera pire qu'hier, à ceux pour qui les nuits sont froides, très froides sous les ponts même en cet hiver printanier, à ceux qui ont si peu d'espoir que souhaiter une belle année relèverait d'une honteuse outrecuidance.

Ne croyez surtout pas que je veuille du mal à qui que ce soit mais n'étant pas la bonne fée clochette ou la lutine des bisounours, vous souhaiter une mauvaise ou une bonne année n'aura absolument aucune incidence sur vous.

 

Allez sur ce bonne bourre à tous et vivement l'année prochaine qu'on remette ça !

 

 

 

 


Repost 0
Published by Cat - dans En vrac
commenter cet article
24 décembre 2012 1 24 /12 /décembre /2012 09:59

 

 

 

Nul ne s'interdit d'être joyeux, certains ne le sont pas ! Ces temps de fêtes, dégueulantes réveillent non pas une nostalgie, mais un soupçon de chagrin, une trace indélébile, quelque chose de définitif qui ne sait se dire vraiment ou alors par une violence, écrasante ..

Mais l'écriture a ceci de magique qu'elle efface au fur à mesure les maux qui se posent. Les mots dénaturent toujours le tragique, la folie, la colère et la rage en les menant ailleurs, par cette pratique du détachement que génère l'écriture qui pourtant les met en scène.

Les mots jouent tous les rôles* ils sont impudiques, violeurs, se présentent comme des confidences, des indiscrétions mais ils ne disent pas tout. Et d'ailleurs, seuls ceux qui ne se disent pas, ne s'écrivent pas, résistent au temps.

 

Des mots silencieux en guise d'absolu raffiné !

 

Ou bien de ces voeux muets d'heureuses fêtes comme des élégances en somme !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*Duras

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Cat - dans En vrac
commenter cet article
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 09:31

 

 

 

 

Dans ce monde où chacun hurle et soliloque sans action, il serait bon de faire silence.

Cioran a raison, l'idéal serait de n'avoir d'opinions sur rien et de s'occuper un peu plus de l'essentiel à condition d'avoir la capacité de le percevoir.

L'attention n'étant pas la qualité première de ceux qui blablatent sans fin, tellement noyés dans leurs miasmes, que tous leurs mots mis bout à bout, ne signifient rien !

Silence !

 

 

 

Trois heures de conversation, j’ai perdu trois heures de silence. La douceur de vivre a disparu avec l’avènement du bruit. Le monde aurait dû finir il y a cinquante ans ; ou, beaucoup mieux, il y a cinquante siècles.
Silence presque total. Ah ! Si tous ces gens persévéraient indéfiniment dans leur sommeil ! Ou si l’homme redevenait l’animal muet qu’il fut !
J’entends les cloches de Saint-Sulpice, je crois. Emotion soudaine. Irruption du passé dans une époque sinistre comme la nôtre. C’est tout de même un autre bruit que celui des voitures.
Rentrer en soi, y entendre ce silence aussi vieux que l’être, plus ancien même - le silence antérieur au temps.
On m’a raconté l’histoire d’une femme, sourde depuis trente ans, qui vient de recouvrer l’ouïe à la suite d’une opération et qui, atterrée par le bruit, a demandé qu’on lui redonne sa surdité...
Veille de Pâques. Paris se vide. Ce silence si inhabituel comme en plein été. Que les gens avant l’ère industrielle devaient être heureux ! Mais non. Ils ignoraient complètement leur bonheur, comme nous ignorons le nôtre. Il nous suffirait d’imaginer dans le détail l’an 2000 pour que nous ayons par contraste la sensation d’être encore au Paradis. Si la plus grande satisfaction qu’on puisse atteindre dérive de l’entretien avec soi dans la solitude, la forme suprême de "réalisation" est la vie érémitique.
Si seulement on avait le courage de ne pas avoir d’opinions sur quoi que ce soit ! Ou alors en émettre une devrait constituer un acte aussi important que prier. Se mettre en état d’oraison pour oser avoir une opinion ! C’est à cette seule condition que "la parole" pourrait acquérir quelque dignité ou reconquérir son ancien statut, si tant est qu’elle en eût un jamais dont elle pût être fière.
Pourquoi tout silence est-il sacré ? Parce que la parole est, sauf dans des moments exceptionnels, une profanation.
La seule chose qui élève l’homme au-dessus de l’animal est la parole ; et c’est elle aussi qui le met souvent au-dessous.
Je crois la parole récente, je me figure mal un dialogue qui remonte au-delà de dix mille ans. Je me figure encore plus mal qu’il puisse y en avoir un, je ne dis pas dans dix mille ans, dans mille ans seulement.
Je crois aux vertus du silence, je ne m’attribue quelque réalité que lorsque je me tais, et je parle, je parle, et nous parlons tous. Le vrai contact entre deux êtres, et entre les êtres en général, ne s’établit que par la présence muette, par non-communication apparente, comme l’est toute communion véritable, par l’échange mystérieux et sans parole qui ressemble à la prière intérieure.
J’ai combattu toutes mes passions et j’ai essayé de rester encore écrivain. Mais c’est là une chose quasi impossible, un écrivain n’étant tel que dans la mesure où il sauvegarde et cultive ses passions, où il les excite même et les exagère. On écrit avec ses impuretés, ses conflits non résolus, ses défauts, ses ressentiments, ses restes... adamiques. On n’est écrivain que parce que l’on n’a pas vaincu le vieil homme, que dis-je ? L’écrivain, c’est le triomphe du vieil homme, des vieilles tares de l’humanité ; c’est l’homme avant la Rédemption. (...) C’est l’humanité tarée dans son essence qui constitue la matière de toute son œuvre. On ne crée qu’à partir de la Chute.
Tout ce que l’homme fait, il ne le fait que parce qu’il a cessé d’être ange. Tout acte en tant qu’acte n’est possible que parce que nous avons rompu avec le Paradis. Tout créateur s’insurge contre la tentation de l’angélisme.
Par tempérament je suis bavard, et tout ce que je puis avoir de bon, je le dois au silence.
Il est 1 heure du matin. Ce silence extraordinaire justifierait à lui seul l’adhésion à une forme quelconque d’espoir.
Le saint a raison de dire que le silence nous rapproche de Dieu. C’est quand tout se tait en nous que nous sommes à même de Le percevoir. Lui, c’est-à-dire quelqu’un ou quelque chose qui ne résiste pas à l’analyse, mais qui remplit néanmoins notre silence.
Le silence va plus loin que la prière, puisqu’il n’est jamais plus profond que dans l’impossibilité de prier. Tout silence dont on est conscient, qu’on cultive ou qu’on espère se ramène à une possibilité d’expérience mystique.

 

Emil Cioran

Repost 0
Published by Cat - dans Emil CIORAN
commenter cet article
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 16:30

 

 

Si tu l’voyais
Se déhancher sur les vieux ports,
Il marche comme on pleure
Dans les brumes
Des matins gris.

St tu l’voyais,
La clope au bec
Et la musique, le blues,
Toujours à l’oreille.

Si tu l’approches,
Tu croiras qu’il fredonne,
Mais non
Il parle seul,
A un fantôme.

Si tu l’voyais,
Tu l’entendrais dire : si tu t’en vas,
Alors tu m’oublieras,
Tout s’oubliera

Parfois sur le quai,
Au bord de la jetée
Il s’arrête, respire
Regarde la mer,
Et attend des heures durant
Un improbable bateau.

Si tu l’voyais,
Tu saurais qu’souvent il a rêvé,
A ces terres lointaines
Dont on ne revient pas.

Puis la brume l’a enveloppé,
Les matins gris l’ont absorbé,
Et avec eux l’envie,
La mort est là qui sommeille,
Il le sait.

Si tu l’voyais continuer à parler,
A dire tous ces mots à son fantôme,
Celui qui un jour
L’a laissé là,
Comme on quitte les amours qui se meurent.

Si tu l’voyais,
tu saurais qu’il s’est accroché
A la peur
Celle qui fait tenir debout, encore
En attendant le triomphe de la mort
Au coin d’un quai, pas loin d'une jetée
Un matin brumeux d’un temps bien gris.

 

 

MLT02 186-port-de-peche

Repost 0
Published by Blog de Cat - dans Slam 'parle
commenter cet article
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 23:00


Il s’disait …

Il s’disait que c’était dingue c’qu’il entassait dans ses poches,
Un kleenex même pas propre,
D’la tune, pas la fortune,
Un ticket de métro, souvenir de Paname
Loin déjà tous ces souvenirs
Paname et les potes là bas,
Vague à l’âme
Puis au fin fond
enfoui, délavé, passé mille fois à la machine
Au moins
Un p’tit bout de post-it, froissé, à peine lisible
Et dessus un numéro de portable
Sans nom, chelou mais
sûrement important
sinon il l’aurait largué, sûr
Prise de tête pour savoir qui,
Appeler peut être
Un soir au hasard
Vers 18h quand tout est calme
Et puis non finalement
Il pense que le rêve est sûrement plus cool que la vraie réalité
Alors il l’a remis à sa place pour un énième lavage à venir,
Illisible il deviendra tôt ou tard
Il s’disait que c’était dingue c’qu’il entassait dans ses poches
Mais ce p’tit bout de papier
Resté là enfoui dans son jean
C'était un morceau de rêve !

Repost 0
Published by Blog de Cat - dans Slam 'parle
commenter cet article
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 08:34

 

 

J'aime bien l'idée d'un au-revoir sans retour, un genre "je ne rentrerai pas ce soir, ni demain, ni même plus tard".

L'absent a décidément toujours raison contrairement à la croyance populaire, en tous cas il ne demande l'avis de personne, il part voilà tout, une sorte de lien avec son désir et c'est là précisément que la chose se situe.

Se dissoudre donc, non pas mourir, pas encore, juste disparaître un matin ou un soir, se fondre dans la masse informe de l'absence. Il y a là une jouissance, comme une délivrance.

Pourtant, partir ne veut pas dire oublier ! Comme dirait l'autre, son balluchon il n'y a rien à faire on se le trimballe où qu'on aille mais quand même, lâcher ce qui n'excite plus, un lieu, des gens pour un ailleurs où sans doute l'herbe ne sera pas plus verte, mais enfin qu'en sait-on ?

Il y a de la folie dans ces départs, certainement, mais ne serait-ce pas fou de rester quand même, d'insister, là où rien ne peut se construire, là où en réalité on est déjà plus  ...

Mais enfin se rencontre-t-on ailleurs ? la question se pose bien sûr, peut-être se perd-on davantage encore. Peut-être pas ..

Partir est une façon d'échapper à l'accablement, retrouver quelques promesses, une sève nouvelle, une exaltation dont le prix à payer vaut bien quelques pas sur une route inconnue

J'aime bien cette idée ..

 

"Ne m’attendez pas, ne m’attendez plus, je ne rentrerai pas, je ne rentrerai plus".

 

Repost 0
Published by Cat - dans Fictions
commenter cet article
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 08:01

 


Les souvenirs, même bons, ça nourrit pas son homme.

Et s'ils se succèdent, s'assemblent, se bornent,

Pas la peine de batailler, tous disparaissent.


Rien jamais ne caresse le désespoir

Pas même la vie qui ne s'éclaire que de quêtes,

Vaines souvent !


A chaque question, aucune réponse,

Pas la peine de s'prouver quelque chose,

Juste ne pas s'paumer !


Je ne sais pas d'où je viens,

Encore moins où je vais,

J'ai largué l'idée de l'infini,

Même si j'y cours

Sans en connaître les détours.


Certains disent que seul le chemin compte,

Mais quel chemin ?

Celui du fun, du léger, du kif ?

De l'autre, c'est sûr

Histoire de pas crever tordu quelque part

Seul à s'fermer les yeux,

Comme un con.

C'est l'risque à pas s'y risquer !

 

Dans la vie, t'as pas l'droit à l'erreur,

Ni à une seconde chance,

Si tu t'rates, te voilà en galère,

Vieux avant qu'il soit midi

Mais quand même,

Faut être couillu pour avancer.

 

Vivre est dangereux

Mais s'arrêter serait pire.

Faut y aller et croire un peu,

ça va sans dire ..

 

 


Repost 0
Published by Cat - dans Slam 'parle
commenter cet article
20 juillet 2012 5 20 /07 /juillet /2012 07:36

 

 

 

 

 

 

Une époque qui ne se consacre entièrement qu'à réclamer ses droits (en en oubliant ses devoirs), engendre par logique propre un monde infantile et infantilisé,

un monde de victimes et de pleurnichards,

où le jouir sans entraves prime !

 

 

 


Repost 0
Published by Cat - dans Pensées
commenter cet article
18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 15:54

Lui

 

 

 

Il y avait comme un ravage dans son regard, une ombre de mal !

 

Il souriait, d'un sourire éreintant, une trace sauvage ! Je savais qu'il ne promettrait rien, les paroles disait-il, sont des leurres, des mensonges et si je te promets le clair, tu ne trouveras que l'obscur.

Le monde n'est pas merveilleux, il n'y nulle part où aller, nulle sortie avant la fin, la sérénité n'a ni d'air ni de place, il n'y a pas de paisible. Il faut empoigner les choses, les plier, les soumettre, tout n'est que rapport de forces ou abandonner.

 

Je restais là, fascinée, devinant dans ses mots le froid qui l'habillait, comme un silence où la lumière lassée se serait rétractée face à la route trop longue, trop escarpée !

 

Ne lâche pas ma main pourtant, continue avec moi, même s'il n'y a pas de lieu, pas de présent ni de demain, le temps s'étire, c'est tout ! Rien ne cesse de disparaître, les souvenirs même se transforment, faire du beau avec du laid, pour avoir moins froid dedans, pour oublier qu'on rate toujours, nos vies même s'effacent.


Je fermais les yeux pour mieux écouter encore .. l'essentiel de ce qu'il était, ce qu'il y avait là de blessure et de désespoir même s'il éclatait de rire quand j'effleurais son pessimisme. Il était attachant dans l'intensité qu'il mettait à détruire, repoussant d'un geste de la main, dans les volutes de son cigare, les émotions qui l'agitaient ! J'aimais cette virilité fragile, j'aimais ses yeux noirs, j'aimais ses interrogations quand à la force qui nous pousse à vivre, pourtant.


Je me lovais dans son cou, bouffant son odeur, je crois que c'était ça l'amour, un partage de chaleur dans le lugubre de la vie, dans les soirs trop noirs. J'aimais me camoufler dans ses haines, dans ces routes inatteignables qu'il construisait pour moi, m'évaporer à l'aune de ses idées noires.

 

Lui, il avait l'élégance de ceux qui titubent, tout en tendresse, tout en panache !

Si intensément vivant et libre, malgré tout !

 

 

 

 


Repost 0
Published by Cat - dans Passions
commenter cet article