Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 09:31

 

 

 

 

Dans ce monde où chacun hurle et soliloque sans action, il serait bon de faire silence.

Cioran a raison, l'idéal serait de n'avoir d'opinions sur rien et de s'occuper un peu plus de l'essentiel à condition d'avoir la capacité de le percevoir.

L'attention n'étant pas la qualité première de ceux qui blablatent sans fin, tellement noyés dans leurs miasmes, que tous leurs mots mis bout à bout, ne signifient rien !

Silence !

 

 

 

Trois heures de conversation, j’ai perdu trois heures de silence. La douceur de vivre a disparu avec l’avènement du bruit. Le monde aurait dû finir il y a cinquante ans ; ou, beaucoup mieux, il y a cinquante siècles.
Silence presque total. Ah ! Si tous ces gens persévéraient indéfiniment dans leur sommeil ! Ou si l’homme redevenait l’animal muet qu’il fut !
J’entends les cloches de Saint-Sulpice, je crois. Emotion soudaine. Irruption du passé dans une époque sinistre comme la nôtre. C’est tout de même un autre bruit que celui des voitures.
Rentrer en soi, y entendre ce silence aussi vieux que l’être, plus ancien même - le silence antérieur au temps.
On m’a raconté l’histoire d’une femme, sourde depuis trente ans, qui vient de recouvrer l’ouïe à la suite d’une opération et qui, atterrée par le bruit, a demandé qu’on lui redonne sa surdité...
Veille de Pâques. Paris se vide. Ce silence si inhabituel comme en plein été. Que les gens avant l’ère industrielle devaient être heureux ! Mais non. Ils ignoraient complètement leur bonheur, comme nous ignorons le nôtre. Il nous suffirait d’imaginer dans le détail l’an 2000 pour que nous ayons par contraste la sensation d’être encore au Paradis. Si la plus grande satisfaction qu’on puisse atteindre dérive de l’entretien avec soi dans la solitude, la forme suprême de "réalisation" est la vie érémitique.
Si seulement on avait le courage de ne pas avoir d’opinions sur quoi que ce soit ! Ou alors en émettre une devrait constituer un acte aussi important que prier. Se mettre en état d’oraison pour oser avoir une opinion ! C’est à cette seule condition que "la parole" pourrait acquérir quelque dignité ou reconquérir son ancien statut, si tant est qu’elle en eût un jamais dont elle pût être fière.
Pourquoi tout silence est-il sacré ? Parce que la parole est, sauf dans des moments exceptionnels, une profanation.
La seule chose qui élève l’homme au-dessus de l’animal est la parole ; et c’est elle aussi qui le met souvent au-dessous.
Je crois la parole récente, je me figure mal un dialogue qui remonte au-delà de dix mille ans. Je me figure encore plus mal qu’il puisse y en avoir un, je ne dis pas dans dix mille ans, dans mille ans seulement.
Je crois aux vertus du silence, je ne m’attribue quelque réalité que lorsque je me tais, et je parle, je parle, et nous parlons tous. Le vrai contact entre deux êtres, et entre les êtres en général, ne s’établit que par la présence muette, par non-communication apparente, comme l’est toute communion véritable, par l’échange mystérieux et sans parole qui ressemble à la prière intérieure.
J’ai combattu toutes mes passions et j’ai essayé de rester encore écrivain. Mais c’est là une chose quasi impossible, un écrivain n’étant tel que dans la mesure où il sauvegarde et cultive ses passions, où il les excite même et les exagère. On écrit avec ses impuretés, ses conflits non résolus, ses défauts, ses ressentiments, ses restes... adamiques. On n’est écrivain que parce que l’on n’a pas vaincu le vieil homme, que dis-je ? L’écrivain, c’est le triomphe du vieil homme, des vieilles tares de l’humanité ; c’est l’homme avant la Rédemption. (...) C’est l’humanité tarée dans son essence qui constitue la matière de toute son œuvre. On ne crée qu’à partir de la Chute.
Tout ce que l’homme fait, il ne le fait que parce qu’il a cessé d’être ange. Tout acte en tant qu’acte n’est possible que parce que nous avons rompu avec le Paradis. Tout créateur s’insurge contre la tentation de l’angélisme.
Par tempérament je suis bavard, et tout ce que je puis avoir de bon, je le dois au silence.
Il est 1 heure du matin. Ce silence extraordinaire justifierait à lui seul l’adhésion à une forme quelconque d’espoir.
Le saint a raison de dire que le silence nous rapproche de Dieu. C’est quand tout se tait en nous que nous sommes à même de Le percevoir. Lui, c’est-à-dire quelqu’un ou quelque chose qui ne résiste pas à l’analyse, mais qui remplit néanmoins notre silence.
Le silence va plus loin que la prière, puisqu’il n’est jamais plus profond que dans l’impossibilité de prier. Tout silence dont on est conscient, qu’on cultive ou qu’on espère se ramène à une possibilité d’expérience mystique.

 

Emil Cioran

Repost 0
Published by Cat - dans Emil CIORAN
commenter cet article
24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 17:50

 

 

Cioran est le désespoir personnifié, le désenchantement absolu, à tel point que certains de ses écrits m'ont parfois fait éclater de rire. J'en déduis que la désillusion quand elle devient un art peut amuser.

 

Je me régale de son "inconvénient d'être né" où il écrit « Si autrefois, devant un mort, je me demandais : “À quoi cela lui a-t-il servi de naître ? ”, la même question, maintenant, je me la pose devant n’importe quel vivant. » ! 

 

Cioran se méfie de la vie et de la bonne santé, mais pour le dire il y met le style, celui d'une écriture certes désespérée mais si étonnamment énergique. Il nous mène à ce qui finalement nous attend tous, la décomposition, juste que Cioran la met en scène vivant, au fond son nihilisme nous prépare en quelque sorte à tout laisser, notamment à laisser le monde se démerder tout seul en nous prévenant que « Toute indignation – de la rouspétance au luciférianisme – marque un arrêt dans l’évolution mentale. »

 

Ses livres sont à mettre entre toutes les mains, notamment entre celles des ivres d'arrogance et de certitudes, lire Cioran c'est indéniablement apprendre à lâcher l'orgueil, c'est se coltiner à la modestie par le désenchantement, à l'ironie par appréhension du non sens, c'est s'appliquer à la précision de son non savoir !

 

Cioran est un génie, un artificier de la décomposition, un anarchiste du désespoir, un opposé absolu à toute idéologie quand bien même il ait pu en son temps et très jeune, lui qui avait besoin de folie, adorer Hitler ! Sa fugue en France mettra fin à cette "délirance". Le français, il le maîtrisera comme un Maître, il dira d'ailleurs "On n'habite pas un pays, on habite une langue. Une patrie, c'est cela, et rien d'autre". Il a habité la langue française sans aucun doute et avec quel talent.

 

Sollers a bien raison de dire de Cioran qu'il est "un type extraordinaire" lui qui voulait écrire sur sa porte les avertissements suivants :

 

"Toute visite est une agression ou J'en veux à qui veut me voir ou N'entrez pas, soyez charitable, ou Tout visage me dérange, ou Je n'y suis jamais, ou Maudit soit qui sonne, ou Je ne connais personne, ou Fou dangereux."


 


 

Repost 0
Published by Cat - dans Emil CIORAN
commenter cet article
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 10:39

 

 

 

 

"Par ce qui est “profond” en nous, nous sommes en butte à tous les maux : point de salut tant que nous conservons une conformité à notre être. Quelque chose doit disparaître de notre composition et une source néfaste, tarir ; aussi n’y-a-t-il qu’une seule issue : abolir l’âme, ses aspirations et ses abîmes ; nos rêves en furent envenimés ; il importe de l’extirper, de même que son besoin de “profondeur”, sa fécondité “intérieure”, et ses autres aberrations. L’esprit et la sensation nous suffiront ; de leur concours naîtra une discipline de la stérilité qui nous préservera des enthousiasmes et des angoisses. Qu’aucun “sentiment” ne nous trouble encore, et que l’âme” devienne la vieillerie la plus ridicule …"

Emil CIORAN

Je ne suis pas certaine d’avoir franchement envie de parvenir à cette “discipline de la stérilité” quoiqu’à bien y réfléchir cela mérite réflexion !

Repost 0
Published by Blog de Cat - dans Emil CIORAN
commenter cet article