Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 12:45

 

 

 

Lui : Je t'aime, je t'aime disait-il .. comme ce double de moi-même dans lequel je me reconnais si aimable et si aimant ..

 

A : Ce n'est pas tant elle que tu aimes mais l'être qui, tu le crois, possède l'objet, cet objet si convoité, toujours fuyant et pourtant toujours poursuivi inlassablement. Ce n'est donc pas cette femme, l'idéal à atteindre, mais la possession dont elle semble jouir.

 

Lui : Je t'aimerai toujours, dans l'ombre de ton monde, je me reconnaîtrai


A : Tout durant que celle là même que tu as choisie pour modèle, semble détenir cet objet qui te fait défaut ou qui semble en être pourvue ..

 

Tel Don Quichotte, ce qui t'anime n'est que le désir du désir et l'atteinte d'une inaccessible étoile, à parcourir sans fin, autour de moulins à vent, un chemin inatteignable !

 

Libre tu ne peux être si tu n'acceptes pas ce manque qui t'habite et qui jamais ne s'éteindra sauf si la mort s'en mêle !

 

Le désir est cette incomplétude qui voudrait être comblée, mais qui jamais n'y parviendra. Il est la transcendance même.

 

"Le désir est le désir de désir"*

 

Il est cette demande incessante d'un amour éternellement insatisfait, le désir n'est autre que dans cet intervalle d'insatisfaction, dans un au delà de la demande même s'il est la demande même...

 

 

 

 

*Lacan

 

 


 

etoiles-300x197.jpg

 

 

 

 

Repost 0
Published by CatB - dans Psy
commenter cet article
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 08:16

Notre époque ne produit pas que des terreurs innommables, prises d’otages à la chaîne, réchauffement de la planète, massacres de masse, enlèvements, épidémies inconnues, attentats géants, femmes battues, opérations suicide. Elle a aussi inventé le sourire de Ségolène Royal. C’est un spectacle de science-fiction que de le voir flotter en triomphe, les soirs électoraux, chaque fois que la gauche, par la grâce des bien-votants, se trouve rétablie dans sa légitimité transcendantale. On en reste longtemps halluciné, comme Alice devant le sourire en lévitation du Chat de Chester quand le Chat lui-même s’est volatilisé et que seul son sourire demeure suspendu entre les branches d’un arbre.

On tourne autour, on cherche derrière, il n’y a plus personne, il n’y a jamais eu personne. Il n’y a que ce sourire qui boit du petit-lait, très au-dessus des affaires du temps, indivisé en lui-même, autosuffisant, autosatisfait, imprononçable comme Dieu, mais vers qui tous se pressent et se presseront de plus en plus comme vers la fin suprême.

C’est un sourire qui descend du socialisme à la façon dont l’homme descend du cœlacanthe, mais qui monte aussi dans une spirale de mystère vers un état inconnu de l’avenir où il nous attend pour nous consoler de ne plus ressembler à rien.

C’est un sourire tutélaire et symbiotique. Un sourire en forme de giron. C’est le sourire de toutes les mères et la Mère de tous les sourires.

Quiconque y a été sensible une seule fois ne sera plus jamais pareil à lui-même.

Comment dresser le portrait d’un sourire ? Comment tirer le portrait d’un sourire, surtout quand il vous flanque une peur bleue ? Comment faire le portrait d’un sourire qui vous fait mal partout chaque fois que vous l’entrevoyez, mal aux gencives, mal aux cheveux, aux dents et aux doigts de pieds, en tout cas aux miens ?

Comment parler d’un sourire de bois que je n’aimerais pas rencontrer au coin d’un bois par une nuit sans lune ?

Comment chanter ce sourire seul, sans les maxillaires qui devraient aller avec, ni les yeux qui plissent, ni les joues ni rien, ce sourire à part et souverain, aussi sourd qu’aveugle mais à haut potentiel présidentiel et qui dispose d’un socle électoral particulièrement solide comme cela n’a pas échappé aux commentateurs qui ne laissent jamais rien échapper de ce qu’ils croient être capables de commenter ?

C’est un sourire qui a déjà écrasé bien des ennemis du genre humain sous son talon de fer (le talon de fer d’un sourire ? la métaphore est éprouvante, j’en conviens, mais la chose ne l’est pas moins) : le bizutage par exemple, et le racket à l’école. Ainsi que l’utilisation marchande et dégradante du corps féminin dans la publicité.

Il a libéré le Poitou-Charentes en l’arrachant aux mains des Barbares. Il a lutté contre la pornographie à la télé ou contre le string au lycée. Et pour la cause des femmes. En reprenant cette question par le petit bout du biberon, ce qui était d’ailleurs la seule manière rationnelle de la reprendre ; et de la conclure par son commencement qui est aussi sa fin.

On lui doit également la défense de l’appellation d’origine du chabichou et du label des vaches parthenaises. Ainsi que la loi sur l’autorité parentale, le livret de paternité et le congé du même nom. Sans oublier la réforme de l’accouchement sous X, la défense des services publics de proximité et des écoles rurales, la mise en place d’un numéro SOS Violences et la promotion de structures-passerelles entre crèche et maternelle.

C’est un sourire près de chez vous, un sourire qui n’hésite pas à descendre dans la rue et à se mêler aux gens. Vous pouvez aussi bien le retrouver, un jour ou l’autre, dans la cour de votre immeuble, en train de traquer de son rayon bleu des encoignures suspectes de vie quotidienne et de balayer des résidus de stéréotypes sexistes, de poncifs machistes ou de clichés anti-féministes. C’est un sourire qui parle tout seul. En tendant l’oreille, vous percevez la rumeur sourde qui en émane et répète sans se lasser : « Formation, éducation, culture, aménagement du territoire, émancipation, protection, développement durable, agriculture, forums participatifs, maternité, imaginer Poitou-Charentes autrement, imaginer la France autrement, imaginer autrement autrement. »

Apprenez cela par cœur, je vous en prie, vous gagnerez du temps.

Je souris partout est le slogan caché de ce sourire et aussi son programme de gouvernement. C’est un sourire de nettoyage et d’épuration. Il se dévoue pour en terminer avec le Jugement Terminal. Il prend tout sur lui, christiquement ou plutôt ségolènement. C’est le Dalaï Mama du III e millénaire. L’Axe du Bien lui passe par le travers des commissures. Le bien ordinaire comme le Souverain Bien. C’est un sourire de lessivage et de rinçage. Et de rédemption. Ce n’est pas le sourire du Bien, c’est le sourire de l’abolition de la dualité tuante et humaine entre Bien et Mal, de laquelle sont issus tous nos malheurs, tous nos bonheurs, tous nos événements, toutes nos vicissitudes et toutes nos inventions, c’est-à-dire toute l’Histoire. C’est le sourire que l’époque attendait, et qui dépasse haut la dent l’opposition de la droite et de la gauche, aussi bien que les hauts et les bas de l’ancienne politique.

Un sourire a-t-il d’ailleurs un haut et un bas ? Ce ne serait pas démocratique. Pas davantage que la hiérarchie du paradis et de l’enfer. C’est un sourire qui en finit avec ces vieilles divisions et qui vous aidera à en finir aussi. De futiles observateurs lui prédisent les ors de l’Élysée ou au moins les dorures de Matignon alors que l’affaire se situe bien au-delà encore, dans un avenir où le problème du chaos du monde sera réglé par la mise en crèche de tout le monde, et les anciens déchirements de la société emballés dans des kilomètres de layette inusable.

Quant à la part maudite, elle aura le droit de s’exprimer, bien sûr, mais seulement aux heures de récréation. Car c’est un sourire qui sait, même s’il ne le sait pas, que l’humanité est parvenue à un stade si grave, si terrible de son évolution qu’on ne peut plus rien faire pour elle sinon la renvoyer globalement et définitivement à la maternelle.

C’est un sourire de salut public, comme il y a des gouvernements du même nom.

C’est évidemment le contraire d’un rire. Ce sourire-là n’a jamais ri et ne rira jamais, il n’est pas là pour ça. Ce n’est pas le sourire de la joie, c’est celui qui se lève après la fin du deuil de tout.

Les thanatopracteurs l’imitent très bien quand ils font la toilette d’un cher disparu.

 

Philippe Muray

Repost 0
Published by Cat - dans Passions
commenter cet article
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 15:23

 

 

En cas d’amour, de l’autre côté
Où assouvir sa peau, affamée.
A déborder, dégueuler l’émotion.
Mais les mots brûlent à couper la conviction
Et ils claquent comme des rasoirs
Estafilent … et là commence l’histoire !

Un matin trop d’mémoire,
Bitume détrempé, en miroir
Sur le trottoir, une ombre frêle
Atemporelle
Pleure à vomir son existence,
Car nul ne peut retenir l’absence.

Tout recommencer, tout revivre,
Relier même si pour encore rater,
L’idée l’énivre,
Le temps est bref, trop … Oser
Se débarrasser de l’obscurité, de la lassitude,
Crier au jour qui se lève son incertitude.

Les yeux brûlent un peu … trop de lumière
Chasser encore la nuit, s’ébrouer
Tendre la main à cet autre mystère
En silence, doucement, et juste se taire
Puis attendre, n’être plus que désir
Suspendu, comme mort, sans souvenir.

L’autre n’a rien dit, pas même un souffle,
Et au bord du vide, le désespoir boursoufle.
Alors la nuit se referme, froide et mortelle,
Sur l’homme qui s’éraille, chancelle,
Puis s’effrite anéanti
Dans une infinie mélancolie

fait pas bon mal aimer par ces temps incertains
fait pas bon espérer l’autre
fait pas bon croire que la vie est simple
Fait pas bon !!!

 

Repost 0
Published by Blog de Cat - dans Slam 'parle
commenter cet article
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 12:43

 

 

 

Dis le môme, pleure pas

Les larmes ça noit l'espoir

 

L'amour ça va, ça vient

ça coule, ça bouffe

 

"L'amour, ça s'attend, et quand ça vient

C'est trop fort, comme un alcool dans le désert"*

 

Pleure pas

Un jour ça submerge

comme une rivière qui sort de son lit

C'est comme un désastre

 

Et puis ça meurt comme les chagrins

Comme les fleurs

 

Faut tirer la chasse

 

Se souvenir juste que ça tient chaud,

Mais deleter quand c'est fini

 

Tout s'efface, faut désapprendre

le par coeur

Faut appauvrir l'ardeur !

 

Pleure pas le môme,

t'en verras d'autres,

des plus belles encore

et des plus douloureuses

 

La vie c'est ça,

ça balance

Entre extase et mort !

 

 

 

 


mp2002post04b-magicspring.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*Ferré "Je parle à n'importe qui"

Repost 0
Published by Cat - dans Slam 'parle
commenter cet article
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 11:12

 

 

J’sais plus vraiment qui t’étais

J’sais plus très bien c’que tu disais

Ni quand c’était !

 

Des fois, j’oublie et c’est bien

Des fois, ça r’vient !

 

J’écoute des airs

Qui s’mélangent,

J’ai plus d’repères

Etrange.

 

Mon ptit loup,

Des fois j’t’oublie

 

Mais des fois, tu r’viens

Que ça m’arrache de l’intérieur

Dans ma tête, ça orage bien

Certaines heures !

 

J’sais plus trop bien l’histoire,

Même si j’me l’invente le soir

Pour pas avoir peur,

Et puis passe la frayeur.

 

J’crois qu’on s’est aimé

J’crois bien

Enfin, j’sais plus trop bien

Ça a du arriver !

 

Et j’fredonne une musique,

Por un mundo nuevo

Comme un rêve idiot

Cynique.

 

Trois notes la si do 

Puis un silence,

Comme l’oubli

D’une présence !

 

 

 

 


Repost 0
Published by Blog de Cat - dans Slam 'parle
commenter cet article
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 17:52

 

 

 

 

Ce que je dis n'est pas ce que tu crois.

Trainant dans ces rues et ces chemins déserts,

Tout en détours et en contours.

Ce que je dis, c'est ce que mes mots créent,

Pour porter au lointain tes paroles vides.

Ce que je dis raconte l’amour et la vie,

Et des histoires comme des comptines.

Tout ce que je tente,

Tout ce que je fais,

Tout ce que je pense,

Tout ce que je saigne

Efface le mensonge dont tu t’habilles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Blog de Cat - dans Passions
commenter cet article
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 07:43

 

 

 

Il y a belle lurette que je ne crois plus en un Etat Providence et bien heureux celui qui a encore de doux rêves dans ce domaine. J'ai perdu il y a longtemps mes illusions quand à la propension d'un peuple à se prendre en charge et à cesser de jouer en permanence dans une cour de récréation en espérant que le bon professeur sera le sauveur ! La haute finance tient et régit le monde, le FMI en est un exemple ainsi que la BCE et l'UE s'en fait la complice heureuse ! Certains aspirent à une révolution, pourtant le problème d'un soulèvement populaire est qu'il sera aveugle, immature et forcément avec des effets négatifs car nous le savons sans reflexion ni idées ! Depuis la révolution française dont on prône les mérites à tort à mon sens, la monarchie a été virée pour que finalement s'installe l'oligarchie ou mieux encore une formule récemment entendue, la monarchie républicaine, seuls au fond les mots changent mais la donne est la même ! Chaque dirigeant dans ce monde à un fond de dictateur, ce sont les peuples qui lui accordent ce droit au final, nous ne pouvons nous en prendre qu'à nous-mêmes et à nos pleines responsabilités individuelles et collectives, et tant que l'Autre, les Autres seront les seuls grands responsables, l'autre ayant toujours tort par essence, nous ne sortirons pas de l'infantilisme. Tout ceci pour dire que le blabla politique actuel, tant sur le look, la manière, les propos, les nominations, les anticipations, les critiques, voire les insultes concernant le nouveau Président relèvent essentiellement de cet infantilisme et ce n'est ni heureux ni constructif !

 

 

Piétinons, comme ces gamins infernaux, à qui tout est dû !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Cat - dans Pensées
commenter cet article
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 15:13

 

Dans son regard,

Une insondable solitude !

Abyssale !

 

Il disait :

 

Il n'y a pas d'assurance véritable à s'appuyer sur un Autre, quel que soit l'Autre

Cet Autre qui sans cesse se dérobe

Cet autre sans permanence

Ainsi seul je suis, de toute éternité

Dans cette implacable certitude

Qu'il nous faut juste aimer pour rien !

 

 


Black-Swan-concept-art-1

 

 

 

Serge.jpg
Merci à Serge pour cette enluminure
Repost 0
Published by Cat - dans Passions
commenter cet article
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 08:13

 

 

 

 

 

 

 

La mémoire à court terme est toujours le plus grave danger de l'homme aveuglé

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Cat - dans Citations
commenter cet article
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 07:51

 

 

 

 

 

 

 

AUCHAN.jpg

Repost 0
Published by Cat - dans En vrac
commenter cet article